2 min de lecture Droits des femmes

États-Unis : le combat pour défendre l'avortement débute en Alabama

L'Alabama s'apprête à voter une des lois des plus restrictives sur l'IVG, faisant de l'avortement un crime, même en cas de viol ou d'inceste. Les "pro-vie" du pays misent sur la présentation du texte à Cour Suprême pour remettre en cause ce droit fondamental des femmes.

Un air d'amérique - Corbé Un Air d'Amérique Philippe Corbé iTunes RSS
>
États-Unis : le combat pour défendre l'avortement débute en Alabama Crédit Image : ALEX WONG / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Philippe Corbé
Philippe Corbé
édité par Joanna Wadel

Une bagarre au sommet sur l'avortement se prépare aux États-Unis. Ce mardi 14 mai, les sénateurs de l’Alabama devraient adopter la loi locale la plus restrictive sur l’interruption volontaires de grossesse, qui serait considéré comme un crime, même en cas de viol ou d’inceste. Les médecins pratiquant l'IVG risqueraient entre 10 et 99 ans de prison. L’assemblée locale a déjà voté la loi à la quasi unanimité.

Cependant, chacun sait que cette loi ne va pas s’appliquer. Le texte va être immédiatement contesté en justice, car il est contraire à une décision de la Cour Suprême, laquelle date de 1973, et autorise les femmes à interrompre leur grossesse. Les États-Unis ne disposant pas de d'équivalent à la loi Veil, une décision de la plus haute cour du pays a donc accordé ce droit aux Américaines.

Mais ce qui laisse espérer les anti-avortement, ravis de pouvoir porter cette question jusqu’à la Cour Suprême, c'est que Donald Trump a pu y placer deux juges conservateurs, nommés à vie. Les "pro-vie" ont donc l’impression d’avoir une opportunité historique de remettre en cause le droit à l’avortement.

Les anti-avortement ont choisi Donald Trump par défaut

En réalité, ce scénario était attendu l’été dernier, lorsqu’un juge centriste de la Cour Suprême a démissionné. C’est aussi pour cela que la bataille politique autour de son remplaçant, à la rentrée, a été aussi tendue. Donald Trump l'a emporté, réussissant à nommer un deuxième juge anti-avortement à la place de ce dernier.

À lire aussi
Marlène Schiappa, à l'Assemblée nationale le 27 mars 2019 Violences
Le gouvernement veut expulser les étrangers condamnés pour violences sexuelles

C’est notamment pour cela que Donald Trump a été élu. Il se trouve qu’un juge de la Cour est décédé pendant la campagne présidentielle début 2016. Barack Obama lui a nommé un successeur, qui n’a jamais été confirmé par le Sénat, où les républicains avaient la majorité. 

Ils ont même refusé de le recevoir, pendant des mois. Et donc, le jour de l’élection présidentielle, se jouait aussi la composition de cette Cour Suprême, si puissante. Des électeurs de droite, pas forcément enthousiasmés par Donald Trump, ont néanmoins voté pour lui, parce qu’il s’était engagé à nommer des juges anti-avortement.

Le droit à l'avortement menacé dans plusieurs états

Un combat qui ne se prépare pas seulement dans l’Alabama. Plusieurs états conservateurs adoptent également des législations très restrictives. Un élu du Texas a même proposé la peine de mort pour les femmes qui avortent. Il n’a pas été suivi.

Mais l’Ohio, et la semaine dernière la Géorgie, ont interdit l’avortement après 6 semaines de grossesse. Les partisans du droit à l’IVG, que l'on nomme les "pro-choix", se mobilisent, dont l’actrice Alyssa Milano, des séries Madame est Servie et Charmed. La comédienne a appelé ce 11 mai les femmes à une "grève du sexe"

Pour autant, rien ne dit que les deux juges nommés par le président Trump voteront forcément pour une interdiction de l’avortement. Ces dernières décennies, des majorités conservatrices ne l’ont pas remis en cause.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Droits des femmes Avortement IVG
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants