2 min de lecture Enquête

États-Unis : pourquoi Donald Trump a très peu de chance de quitter la Maison Blanche

Malgré un nouveau témoignage accablant de la part de l'un de ses soutiens, le président Trump et son entourage sont confiants quant au dénouement de l'enquête en vue de sa destitution.

Un air d'amérique - Corbé Un Air d'Amérique Philippe Corbé iTunes RSS
>
Donald Trump a très peu de chance de quitter la Maison-Blanche Crédit Image : Nicholas Kamm / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Philippe Corbé
Philippe Corbé
édité par Noé Blouin

Après deux longues journées la semaine dernière, les grandes chaînes de télévision américaines vont encore être en édition spéciale, ce jeudi 21 novembre, pour retransmettre de nouvelles auditions publiques dans l'enquête en vue d’une destitution du président Trump.

Le témoignage le plus impressionnant a eu lieu mercredi. Jusque-là, on avait vu défiler des diplomates de carrière, mais pour la première fois c’est un soutien du président qui l’a mis en cause, l’ambassadeur américain auprès de l’Union européenne. Lui n'est pas diplomate de carrière, il a été récompensé par ce poste pour avoir versé 1 million de dollars à la campagne de Donald Trump. Il est soupçonné par les démocrates d’avoir été le relais du président pour un chantage sur l'Ukraine. Et c’est le premier à accuser explicitement le président Trump.

Gordon Sondland dit qu’il a "fini par comprendre" que la livraison d’armes à l'Ukraine a été suspendue pour faire pression sur le président Zelensky. Il affirme qu’il n’a fait qu’obéir aux consignes du président. Il a répété : "Nous avons suivi les ordres du président. Nous savions que ces enquêtes étaient importantes pour le président. Tout le monde était dans la boucle".  


Quand il dit "tout le monde", il met explicitement en cause non seulement le président et son avocat, mais aussi en cause le secrétaire d’État Mike Pompeo, l’ex-conseiller John R. Bolton, le directeur de cabinet du président et même le vice-président Mike Pence. En un mot, et c’est celui qu’a utilisé un chroniqueur de FOX News, le procureur Ken Star, qui avait conduit le président Clinton dans une procédure de destitution, c’est de la "bombe".

Un "mais" qui fait la différence

C’est un tournant important dans cette affaire de destitution. Les démocrates pensent avoir trouvé la preuve d’un chantage, un abus de pouvoir du président. Mais, et c’est un "mais" important, il reconnaît que Donald Trump ne lui a jamais parlé directement de ce chantage. Il dit qu’il a "compris" qu’il y avait un chantage. C’est important parce que les républicains s’engouffrent évidemment dans cette brèche, le président aussi crie victoire et dit que cette procédure de destitution est terminée.

Sauf révélation nouvelle, la Chambre à majorité démocrate devrait voter la destitution, et ensuite le Sénat à majorité républicaine devrait voter contre. Or, c’est le Sénat qui a le dernier mot. Il est donc fort peu probable que le président Trump soit chassé du pouvoir. L’important, c’est l’impact qu’aura cette procédure, sur les électeurs de la présidentielle.

À lire aussi
Le patineur français Morgan Ciprès. faits divers
Le patineur français Morgan Ciprès accusé de harcèlement sexuel sur mineur

Le camp Trump est confiant, en citant deux sondages qui viennent de sortir et qui montrent que le président va peut-être sortir renforcé de cette opération. Il prend 2 points dans le sondage de popularité de référence, et dans le Wisconsin, l’un des états-clés qui lui ont permis d’être élu, il progresse nettement, distance ses opposants, et le soutien à la destitution recule.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Enquête États-Unis Donald Trump
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants