1 min de lecture Facebook

États-Unis : contrairement à Twitter, Facebook ne censurera pas les publications de Trump

Dans un message diffusé sur Facebook, le dirigeant du réseau social a expliqué que les messages du président américain ne comportaient, selon lui, "pas de risque imminent".

Mark Zuckerberg, PDG de Facebook à Viva Tech, jeudi 24 mai 2018
Mark Zuckerberg, PDG de Facebook à Viva Tech, jeudi 24 mai 2018 Crédit : VIVA TECH-JOLY/VIVA TECHNOLOGY/SIPA
Sarah Ugolini
Sarah Ugolini
et AFP

Facebook ne souhaite pas s'immiscer dans la guerre qui oppose Dondal Trump et Twitter depuis plusieurs jours. Contrairement à Twitter, Mark Zuckerberg ne veut pas censurer les publications du président américain. 

Alors que Donald Trump est furieux d’avoir vu certaines de ses publications, dans lesquelles il évoquait des potentiels tirs contre des pilleurs à Minneapolis, masquées par TwitterMark Zuckerberg s’est expliqué sur la politique de Facebook concernant les publications du président américain. "Je sais que beaucoup de gens nous en veulent de ne pas avoir modéré les publications du Président, mais nous pensons que nous devons permettre toute expression tant qu’elle n’implique pas de risque imminent", a expliqué le patron de Facebook.

"Nous avons examiné attentivement la publication évoquant les manifestations dans le Minnesota afin d’évaluer si elle respectait nos conditions d’utilisations. (...) Personnellement, j'ai une réaction viscérale à ce genre de rhétorique clivante et incendiaire", a d'abord déclaré Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, sur son profil. Mais "nous avons lu (le message sur les pillages) comme un avertissement de l'État et nous pensons que les gens ont le droit de savoir si le gouvernement a l'intention de recourir à la force", justifie le fondateur du réseau social. 

Vives critiques des internautes et de certains politiques

Une décision qui a valu à Facebook de nombreuses critiques des internautes, mais aussi de la classe politique. "Zuckerberg est allé sur Fox News, une machine à cash et à haine, qui donne un mégaphone aux racistes et aux conspirationnistes, pour dire que les réseaux sociaux devraient, en somme, laisser les politiciens mentir sans conséquences. Cela érode notre démocratie", a par exemple tweeté l'ancienne candidate à l'investiture démocrate Elizabeth Warren.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Facebook Donald Trump Twitter
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants