3 min de lecture Police

États-Unis : à Minneapolis, la mort d'un Afro-américain réveille les tensions

De nouvelles tensions à Minneapolis et dans sa banlieue ont eu lieu à la suite de la mort d'un afro-américain lors d'un contrôle de police L’état d’urgence a été décrété.

Un air d'Amérique Un Air d'Amérique Lionel Gendron iTunes RSS
>
Minneapolis : la mort d'un Afro-américain réveille les tensions Crédit Image : KEREM YUCEL / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Lionel Gendron édité par Venantia Petillault

Alors que le procès concernant la mort de Georges Floyd entamait lundi 12 avril sa troisième semaine, il y a de nouvelles tensions après la mort d’un jeune homme noir de 20 ans à la suite d'un contrôle de police.

Ça s’est passé dans la ville de Brooklyn Center, qui est en fait dans la banlieue de Minneapolis. Dimanche après-midi, Daunte Wright, 20 ans, est au volant de sa voiture et à ses côtés, sa petite amie. La police lui demande de s’arrêter car il y a un problème avec les plaques d’immatriculation. Elles ne seraient pas conformes. Lors du contrôle, les forces de l’ordre s’aperçoivent qu’il y a un mandat à l’encontre du jeune homme. Alors qu’il est en passe d’être menottée, ce dernier se débat et tente de s’enfuir en remontant dans sa voiture.

Sur les images diffusées par la police, on voit qu’un agent sort son arme. Et on entend une policière dire qu’elle va utiliser son Taser. Mais ce qui suit, ce n’est pas un tir de Taser mais un coup de feu (même si on ne l’entend pas sur la vidéo). Daunte Wright est touché. La voiture démarre tout de même mais finira sa course quelques mètres plus loin. On entend la policière dire : je lui ai tiré dessus.

Jouer la transparence pour éviter de nouvelles émeutes

Et selon la police, il s’agit d’un accident. Le tir n’était pas volontaire. Rapidement le chef de la police locale a fait une conférence de presse. Et les images de l’arrestation, issues des caméras des policiers ont été rendues publiques. Objectif : être transparent pour essayer de calmer la situation. La policière, décrite par son supérieur comme "expérimentée" a été mise en congé. Dans la nuit de dimanche à lundi, il y a eu des manifestations autour du poste de police de Brooklyn Center, des voitures de police prises pour cible, et des commerces vandalisés.

À lire aussi
États-Unis
États-Unis : le tigre aperçu dans les rues de Houston a été retrouvé

Un nouvel appel à manifester a été lancé pour lundi soir. Les autorités ont décrété un couvre-feu à partir de 19 heures, et la garde nationale est venu en renfort. Des tirs de gaz lacrymo et quelques arrestations, mais pas de blessés. Autre preuve du climat tendu : des matchs de basket et de baseball qui devait avoir lieu ont été reportés.

La mort de ce jeune homme noir a eu lieu à une quinzaine de kilomètres du tribunal où le policier Derek Chauvin est actuellement jugé pour la mort de George Floyd. L’avocat de Derek Chauvin a même demandé que les jurés soient mis à l’écart, pour éviter toute tentative de pression. Le juge n’a pas donné suite à cette demande. 

C’était en effet lundi le début de la troisième semaine de procès. Comme d’autres experts avant lui, un cardiologue a estimé que Georges Floyd était bien mort par asphyxie et non d’une overdose. La journée a été marquée par le témoignage d’un frère de Georges Floyd qui a brossé, ému, le portrait d’un homme qu’il a qualifié de "fils à maman". Mais depuis 24 heures, même si à l’intérieur du tribunal la mort de ce jeune homme de 20 ans ne sera pas exposée, même si le contexte et les faits ne semblent pas comparables à ce qui s’est passé il y a un peu moins d’un an... À l’extérieur, cette mort va créer à nouveau du ressentiment envers la police.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Police Violence États-Unis
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants