2 min de lecture Canada

DIAPORAMA - Canada : la jeune Saoudienne "heureuse" de commencer sa nouvelle vie

"Très heureuse" d'être réfugiée au Canada, une jeune Saoudienne qui a suscité une mobilisation internationale après avoir fui sa famille et son pays, a commencé une nouvelle vie à Toronto où elle est arrivée samedi 12 janvier.

Rahaf Mohammed al-Qunun lors de son arrivée à Toronto, au Canada, le 12 janvier 2019 Crédits : Cole Burston / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP | Date : 14/01/2019
7 >
Rahaf Mohammed al-Qunun lors de son arrivée à Toronto, au Canada, le 12 janvier 2019 Crédits : Cole Burston / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP | Date : 14/01/2019
Elle a été accueillie à l'aéroport par la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland en personne Crédits : Cole Burston / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP | Date : 14/01/2019
De nombreux médias étaient présents pour son arrivée, témoignant de la portée de son histoire, médiatisée sur les réseaux sociaux Crédits : Cole Burston / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP | Date : 14/01/2019
Canada : la jeune Saoudienne "heureuse" de commencer sa nouvelle vie Crédits : Lars Hagberg / AFP | Date : 14/01/2019
Avec la militante féministe Mona Eltahawy et la journaliste Sophie McNeill qui a raconté son histoire Crédits : Twitter/monaeltahawy | Date : 14/01/2019
Rahaf Mohammed al-Qanun avant son départ pour le Canada, le 11 janvier 2019, à Bangkok en Thaïlande Crédits : Khaled IBRAHIM / United Nations High Commissioner for Refugees / AFP | Date : 14/01/2019
Rahaf Mohammed al-Qanun avec un officier de l'immigration thaïlandais, le 7 janvier 2019 Crédits : HANDOUT / THAI IMMIGRATION BUREAU / AFP | Date : 14/01/2019
1/1
Arièle Bonte
Arièle Bonte
et AFP

Accueillie à l'aéroport par la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland en personne, Rahaf Mohammed al-Qunun, âgée de 18 ans, a brièvement posé, tout sourire malgré la fatigue, pour les nombreux journalistes venus l'attendre, le samedi 12 janvier.

"Elle a fait un très long voyage, elle est épuisée et préfère ne pas répondre aux questions pour le moment", a commenté la cheffe de la diplomatie canadienne Chrystia Freeland. "Elle est très heureuse d'être dans sa nouvelle maison, même si elle m'a parlé du climat. Je lui ai dit qu'il peut faire plus chaud".

Sur Twitter, Rahaf Mohammed al-Qunun a chaleureusement remercié son pays d'accueil, non sans égratigner les autres : "Le seul pays qui m'ait vraiment aidé finalement est le Canada. Les autres ont eu peur et sont des lâches", a-t-elle commenté sur le réseau social à son arrivée à Toronto.

La Saoudienne avait médiatisé son histoire sur Twitter après avoir fui l'Arabie saoudite et sa famille pour violences physiques et psychologiques, avait-elle raconté alors que les autorités thaïlandaises l'avait bloquée à l'aéroport. La jeune femme était en transit entre le Koweït et l'Australie, pays où elle souhaitait commencer une nouvelle vie. Mais, voyageant sans permission, elle devait être renvoyée vers le Koweït. Sa famille a démenti ses propos.

Les premiers jours au Canada

À lire aussi
Un hôpital à Montréal, au Québec (illustration) Canada
Canada : la CIA utilisait des patients québécois pour des lavages de cerveau

Prise en charge par l'association à but non lucratif Costi, basée à Toronto et spécialisée dans l'accueil des réfugiés, Rahaf Mohammed al-Qunun est allée dès samedi 12 janvier après-midi faire un peu de shopping pour s'acheter des vêtements chauds au centre de la mégapole de l'Ontario, selon une source de Costi.

Des responsables de l'association vont dans les prochains jours l'aider à ouvrir un compte en banque ou remplir diverses formalités administratives, avant de chercher un logement permanent. En attendant, Rahaf Mohammed al-Qunun va séjourner dans une structure protégée par des gardiens jour et nuit. L'association a conseillé à la jeune femme de ne pas révéler sa localisation précise.

L'épilogue d'une odyssée internationale

La décision du Canada d'accueillir Rahaf Mohammed al-Qunun risque cependant de raviver la crise diplomatique sans précédent qui mine les relations entre Ryad et Ottawa depuis l'été dernier.

L'Arabie saoudite avait annoncé en août l'expulsion de l'ambassadeur du Canada, rappelé le sien et gelé tout nouveau commerce ou investissement avec le pays. Cette décision faisait suite à un tweet d'Ottawa, quelques jours plus tôt, appelant à la libération immédiate de militantes et militants saoudiens des droits humains arrêtés peu avant, dont Samar Badaoui, sœur du blogueur emprisonné Raef Badaoui, dont la femme et les trois enfants vivent réfugiés au Québec.

L'Arabie saoudite est l'un des pays du monde les plus restrictifs pour les droits des femmes. Elles sont notamment soumises à la tutelle d'un homme (père, mari ou autre) qui exerce sur elles une autorité arbitraire et prend à leur place les décisions importantes.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Canada Arabie Saoudite International
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants