1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Covid-19 : de quels traitements expérimentaux bénéficie Donald Trump ?
2 min de lecture

Covid-19 : de quels traitements expérimentaux bénéficie Donald Trump ?

ÉCLAIRAGE - Remdesivir, anticorps de synthèse... Le président américain est soigné avec des médicaments dont les effets sont toujours le sujet d'études et d'expérimentations.

Donald Trump, le 2 octobre 2020
Donald Trump, le 2 octobre 2020
Crédit : Brendan Smialowski / AFP
Covid-19 : de quels traitements expérimentaux bénéficie Donald Trump ?
02:14
Aymeric Parthonnaud & AFP

Il est le patient le mieux surveillé et certainement le plus chouchouté du monde. Donald Trump, le 45e président des États-Unis "continue à souffrir de fatigue mais a le moral", a déclaré vendredi 2 octobre après-midi son médecin Sean Conley dans un nouveau bulletin de santé au ton moins serein que dans la nuit, lorsqu'il avait assuré que son patient allait "bien".

Désormais hospitalisé à l'hôpital Walter Reed, dans la banlieue de Washington, Donald Trump, 74 ans et quelques 110 kilos sur la balance, est statistiquement dans la population à risque face au Covid-19. Selon sa porte-parole, Kayleigh McEnany, cette hospitalisation, qui devrait durer "quelques jours", a été décidée "dans un souci d'extrême prudence" et sur recommandation d'experts médicaux. 

La porte-parole a aussi ajouté que Donald Trump recevait l'antiviral remdesivir et que le président "n'a pas besoin d'un supplément d'oxygène". Ce traitement qui se prend en intraveineuse a démontré qu’il permettait de réduire le temps de séjour des malades d’une moyenne de 11 jours à une moyenne de 8 jours. Il n’a cependant pas montré d’autre effet bénéfique pour l’instant, notamment sur la mortalité.

Les médecins lui ont aussi injecté une dose du cocktail expérimental d'anticorps de synthèse développé par la société Regeneron. Un traitement prometteur mais testé seulement sur 275 personnes seulement et toujours pas approuvé par les gendarmes du médicament. Ces anticorps fabriqués en laboratoire sont censés fondre sur le virus pour le neutraliser."

À lire aussi

"Ce sont des anticorps monoclonaux, c'est-à-dire que ce sont des anticorps qui ciblent un composant du virus, explique Nathan Peiffer-Smadja, infectiologue à l'hôpital Bichat de Paris au micro de RTL. Ça ressemble à une petite main qui vient se coller sur le virus et l'empêcher de réaliser certaines fonctions et notamment d'entrer dans les cellules, donc d'infecter les cellules humaines".

Des experts ont souligné le danger d'injecter dans l'organisme de l'homme le plus puissant du monde un médicament certes prometteur mais encore si peu testé, en raison des possibles effets secondaires. Avec des patients âgés, "je suis généralement très prudente sur tout ce qui est expérimental et n'a pas été prouvé", a déclaré Carla Perissinotto, médecin gériatre à l'université de Californie à San Francisco.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/