1 min de lecture Santé

Côte d'Ivoire : saisie record de 200 tonnes de faux médicaments

La gendarmerie ivoirienne a saisi 200 tonnes de faux médicaments cette semaine, ce qui révèle l'étendue d'un trafic important en Afrique subsaharienne. Quatre suspects ont été interpellés.

Des plaquettes de médicaments (image d'illustration)
Des plaquettes de médicaments (image d'illustration) Crédit : PHILIPPE MERLE / AFP
Lilas Fournier et AFP

Une saisie record de 200 tonnes de faux médicaments a été réalisée par la gendarmerie ivoirienne cette semaine. Quatre suspects, trois Ivoiriens et un Chinois, ont été interpellés, selon un porte-parole de la gendarmerie à l'AFP, samedi 16 novembre. 
 
Les produits découverts, faux ou sous-dosés, étaient conservés dans une maison sur deux étages et un sous-sol. Beaucoup portaient un emballage chinois. "Dans la maison, toutes les pièces contenaient des médicaments et parfois il y a tout juste la place pour circuler", a précisé la source.
 
Le trafic de faux médicaments est en pleine expansion en Afrique. Déjà pendant l’hiver dernier, la Côte d’Ivoire avait saisi près de 400 tonnes de faux médicaments. "Une perte financière de 100 milliards de francs CFA (environ 150 millions d’euros) pour l’industrie pharmaceutique", avait estimé un représentant du ministère de la santé à l’AFP.

Un trafic en pleine croissance en Afrique

100.000 décès par an seraient dus à l’usage de faux médicaments en Afrique, selon les chiffres de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). L’Afrique subsaharienne reste la région du monde la plus touchée par ce trafic, contrôlé par le crime organisé. Dans cette région, 42% des remèdes sont falsifiés. Les Amériques et la région européenne représentent chacune 21% du trafic.

 
Dans les pays à revenus faibles à intermédiaires, environ un produit sur dix ne serait pas conforme aux normes de qualité, indique l’OMS. Pire, entre 72.000 et 169.000 enfants meurent certainement chaque année d’une pneumonie traitée avec des antibiotiques falsifiés ou d’une qualité inférieure, selon des chercheurs de l’Université d'Edimbourg (Irlande).  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Médicaments International
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants