1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Coronavirus : pourquoi le vaccin Spoutnik V ne sera pas reconnu par le pass sanitaire
1 min de lecture

Coronavirus : pourquoi le vaccin Spoutnik V ne sera pas reconnu par le pass sanitaire

Le ministre chargé des Affaires européennes, Clément Beaune, a confirmé que le vaccin russe ne permettrait pas de bénéficier du certificat vert. Contrairement au Pfizer/BioNTech, au Moderna, à l'AstraZeneca et au Janssen, il n'est pas homologué par l'Agence européenne du médicament.

Le nouveau vaccin baptisé "Spoutnik V", développé par l'institut de recherche Gamaleya
Le nouveau vaccin baptisé "Spoutnik V", développé par l'institut de recherche Gamaleya
Crédit : Handout / Russian Direct Investment Fund / AFP
Victor Goury-Laffont

Les vaccinés au Spoutnik V, vaccin russe développé par l'Institut de recherche Gamaleïa, devront continuer à se faire tester pour se déplacer au sein de l'Union européenne. Invité de BFMTV, le ministre chargé des Affaires européennes, Clément Beaune, a réaffirmé ce lundi 24 mai que cette injection ne permettrait pas de bénéficier du certificat vert numérique, le pass sanitaire européen.

"Il n’est pas question qu’on arrive en France avec un vaccin dont on n’est pas sûrs de la protection", a lancé le ministre, précisant qu'il faudrait avoir reçu un des vaccins "autorisés par l’Agence européenne du médicament" pour bénéficier de la certification. Ceux-ci sont au nombre de quatre : Pfizer/BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Janssen.

Sur son site, la Commission européenne confirme que les États-membres sont tenus de "lever les restrictions de mouvement" pour les personnes qui ont reçu un des vaccins dont la mise sur le marché a été autorisée à un niveau européen. Ils sont cependant libres d'étendre la règle aux citoyens européens ayant reçu d'autres vaccins.

Pour les vaccinés au Spoutnik-V, les voyages resteront possibles, mais pour bénéficier du certificat il faudra prouver une guérison récente de la Covid-19 ou présenter un test PCR. Si ce vaccin n'a jamais été administré, il l'est notamment en Hongrie, pays qui appartient à l'UE. La chancelière allemande, Angela Merkel, a indiqué le 26 avril que L’Agence européenne du médicament ne possédait pas assez d'information pour procéder à une autorisation.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/