2 min de lecture Royaume-Uni

Coronavirus : le gouvernement britannique a-t-il créé de faux comptes Twitter ?

De nombreuses allégations ont accusé le gouvernement britannique d'avoir utilisé de faux comptes sur Twitter pour appuyer sa politique de lutte contre le coronavirus et influencer le débat public.

Le logo du réseau social Twitter
Le logo du réseau social Twitter Crédit : LEON NEAL / AFP
Sarah Ugolini
Sarah Ugolini

Le gouvernement britannique a été contraint de démentir les allégations selon lesquelles il serait derrière un réseau de faux comptes Twitter imitant le personnel du NHS, le système de santé publique au Royaume-Uni. L'exécutif est accusé d'avoir utilisé cette stratégie afin d'appuyer sa politique de lutte contre le coronavirus. 

Bien qu'il n'ait pas encore publié de communiqué officiel, le ministère de la Santé et des Affaires sociales a répondu directement aux accusations sur Twitter, qualifiant les affirmations de "catégoriquement fausses" et condamnant les internautes pour avoir relayé ces accusations car il juge que cela "sape l'effort national contre le coronavirus".

Comme le rapporte le Guardian, les accusations ont d’abord été portées par John O’Connell, un rédacteur du site Far Right Watch, un groupe politique anti-nationaliste. Il a affirmé avoir identifié 128 comptes Twitter qui avaient été mis en place par des individus associés au département de la santé et des affaires sociales du gouvernement (DHSC) ou à des agences de marketing non identifiées travaillant pour le gouvernement.

Il a en assuré avoir démantelé un réseau de comptes coordonné pour promouvoir le concept d’immunité collective alors défendu par le gouvernement britannique et donner de l'écho à la politique du gouvernement contre le coronavirus. Le rédacteur du site Far Right Watch a également affirmé avoir identifié quatre personnes exécutant les comptes, qui, dit-il, ont depuis tous été supprimés, mais n’a pas encore publié leurs noms.

À lire aussi
Le ministre britannique chargé des Sports Oliver Dowden. Royaume-Uni
Royaume-Uni : le gouvernement autorise la reprise des compétitions sportives le 1er juin

John O’Connell a publiquement affirmé que le gouvernement espérait que ses revendications seraient "balayées par des actualités en cours plus sérieuses". "Après tout, qui se soucie de la désinformation à échelle industrielle face à tant de morts ?", a-t-il assuré. Ses accusations ont commencé à être reprises par de nombreux journalistes, politiques et personnalités publiques de premier plan. 

Twitter assure ne pas avoir de preuves de manipulation

Twitter assure de son côté que ses "équipes spécialisées ne voient actuellement pas de preuves de manipulation coordonnée à grande échelle de la plateforme entourant les conversations sur le Covid-19, y compris une coordination suggérée associée au gouvernement britannique". Le réseau social contredit les allégations largement diffusées à l'encontre du gouvernement.

Pour rappel, les bots - comptes automatisés qui publient du contenu et infiltrent les communautés pour tenter d’influencer les débats en ligne - existent sur toutes les grandes plateformes technologiques. L’année dernière, Twitter a suspendu plus de 5.000 comptes pro-Trump dénonçant le rapport Mueller comme un "canular de RussiaGate".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Royaume-Uni Coronavirus Internet
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants