1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Coronavirus : l'Allemagne suspend à son tour la vaccination avec AstraZeneca
2 min de lecture

Coronavirus : l'Allemagne suspend à son tour la vaccination avec AstraZeneca

L'Allemagne a décidé de suspendre la vaccination avec AstraZeneca, "à titre préventif" après le signalement d'effets secondaires. Plus tôt dans la journée, les Pays-Bas avaient également pris cette décision.

Le vaccin développé par le laboratoire AstraZeneca (illustration).
Le vaccin développé par le laboratoire AstraZeneca (illustration).
Crédit : Nikolay DOYCHINOV / AFP
Léa Stassinet & AFP

Après les Pays-Bas, la Norvège, l'Irlande ou encore le Danemark, l'Allemagne a annoncé suspendre la vaccination avec AstraZeneca ce lundi 15 mars, par la voix du ministère de la Santé du pays. Une décision prise "à titre préventif" après le signalement d'effets secondaires.

L'institut médical Paul-Ehrlich, qui conseille le gouvernement, "estime que d'autres examens (sont) nécessaires", après des cas de formation de caillots sanguins chez des personnes vaccinées en Europe, a précisé un porte-parole du ministère.

Le 8 mars, après la mort d'une infirmière qui venait de recevoir une dose d'AstraZeneca, l’Autriche avait déjà suspendu un lot de vaccins. Depuis, d'autres pays, dont l'Italie, ont suspendu des lots isolés

Le Danemark, la Norvège et l’Islande sont allés plus loin. Ils ont suspendu tous les vaccins AstraZeneca, suivis par les Pays-Bas, dimanche. Hors de l'Europe, la République démocratique du Congo, l'Indonésie et la Thaïlande ont reporté leur campagne de vaccination. Lundi, la Norvège a par ailleurs annoncé la mort, par hémorragie cérébrale, d'une soignante de moins de 50 ans qui avait été hospitalisée après avoir reçu une injection du vaccin d'AstraZeneca, sans qu'un lien entre les deux puisse être établi à ce stade.

AstraZeneca assure que son vaccin n'est pas plus dangereux

À lire aussi

Dans tous ces cas, les autorités sanitaires réagissaient à des situations, dans leur pays ou à l'étranger, où des personnes vaccinées avaient développé des problèmes sanguins parfois mortels. Il pouvait s’agir de difficultés à coaguler, comme en Autriche, ou encore d’une formation de caillots sanguins (thrombose).

Les autorités des pays concernés reconnaissent toutefois qu’il n'y a aucun lien avéré entre ces problèmes de santé et le vaccin d’AstraZeneca, excepté l'enchaînement chronologique. Si le vaccin est suspendu, c'est seulement le temps de s'assurer qu'un tel rapport n'existe pas. 

Dimanche, AstraZeneca soulignait, dans un communiqué que les cas de thromboses après avoir reçu son vaccin sont "similaires" à ceux de ses homologues. Ces affirmations sont appuyées par les chiffres officiels du Royaume-Uni, l'un des pays les plus avancés dans sa campagne de vaccination. Ils témoignent par ailleurs du caractère extrêmement rare des thromboses.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/