1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Coronavirus en Australie : une marque sanctionnée pour ses vêtements "anti-virus"
1 min de lecture

Coronavirus en Australie : une marque sanctionnée pour ses vêtements "anti-virus"

La marque Lorna Jane, très célèbre en Australie et à l'étranger, va devoir payer une amende pour avoir insinué que des vêtements aidaient à lutter contre le coronavirus.

Une voiture de la police australienne (Illustration).
Une voiture de la police australienne (Illustration).
Crédit : Mal Fairclough / AFP
Ryad Ouslimani & AFP

les autorités australiennes ne badinent pas avec les fausses publicités en pleine période coronavirus. En effet, l'administration locale a indiqué que la célèbre marque australienne Lorna Jane allait devoir s'acquitter d'une amende de 40.000 dollars australiens (24.000 euros) pour avoir laissé entendre que ses leggings et ses hauts "anti-virus" étaient efficaces face à l'épidémie de coronavirus.

L'administration australienne des produits thérapeutiques a ainsi estimé que ce genre de message pourrait induire le consommateur en erreur. "Ce type de publicité pourrait avoir des conséquences néfastes pour la communauté australienne, en créant un faux sentiment de sécurité et en incitant les gens à réduire leur vigilance en matière d'hygiène et de distanciation sociale", a de son côté dénoncé John Skerritt, secrétaire adjoint au ministère de la Santé.

Face aux critiques, l'entreprise de vêtements de sport, qui a depuis rebaptisé les vêtements en question "antibactériens" au lieu d'"anti-virus", a assuré n'avoir jamais eu l'intention de laisser entendre que ses produits avaient des vertus protectrices.

Il s'agissait plutôt de dire qu'ils apportaient "une protection supplémentaire, à l'image d'un désinfectant pour les mains mais pour les vêtements que vous portez", a-t-elle expliqué dans un communiqué. "Nous n'essayons pas de tirer profit de quelque manière que ce soit de la peur suscitée par le coronavirus".

À écouter aussi

Fin avril, le célèbre chef cuisinier australien Pete Evans s'était vu infliger une sanction similaire pour avoir fait la promotion d'une machine qui pouvait, selon lui, permettre d'aider à traiter le coronavirus.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire