1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Corée du Nord : la propagation du Covid dans le pays serait-elle due une parade militaire ?
3 min de lecture

Corée du Nord : la propagation du Covid dans le pays serait-elle due une parade militaire ?

ÉCLAIRAGE - La Corée du Nord a annoncé son premier mort du Covid-19, précisant que le virus s'est déjà répandu à travers tout le pays.

La parade militaire du 25 avril 2022 à Pyongyang, en Corée du Nord
La parade militaire du 25 avril 2022 à Pyongyang, en Corée du Nord
Crédit : AFP PHOTO/KCNA VIA KNS"
Thomas Pierre & AFP

Le triomphalisme nord-coréen est-il à l'origine d'une vague de Covid-19 ? C'est du moins ce qu'avancent certains experts. Un défilé militaire géant, censé être une célébration des prouesses martiales de Pyongyang, pourrait ainsi avoir involontairement propagé le coronavirus dans tout le pays. Le royaume ermite se disait jusqu'ici, officiellement, épargné par la pandémie qui frappe la planète depuis plus de deux ans. 

La Corée du Nord a néanmoins annoncé vendredi 13 mai son premier mort du Covid-19, précisant qu'une "fièvre" s'était "propagée de manière explosive dans tout le pays à partir de la fin avril", selon l'agence de presse officielle KCNA.

Pour Hong Min, chercheur à l'Institut coréen pour l'unification nationale, basé à Séoul, l'actuelle épidémie de Covid-19 est "étroitement liée à la parade du 25 avril", un gigantesque défilé militaire à l'occasion du 90e anniversaire de l'Armée populaire révolutionnaire de Corée.

Des milliers de personnes entassées

Les images de l'événement diffusées par la télévision d'État montrent des milliers de personnes, non masquées et sans distanciation sociale, entassées sur la place Kim Il Sung à Pyongyang pour voir défiler les soldats et applaudir le passage de chars, de lance-roquettes et de gros missiles balistiques intercontinentaux (ICBM). "Plus de 20.000 personnes se sont préparées à la parade deux mois avant l'événement et sont restées dans la capitale pour des séances de photos avec Kim Jong Un", a ajouté Hong Min.

À lire aussi

Le régime de Kim Jong Un ne semble selon lui avoir "réalisé la gravité" de la situation que tardivement et a procédé à des tests de dépistage du Covid-19 après le retour des participants au défilé dans leurs districts. "L'organisation d'un défilé militaire en présence d'une grande foule, alors que le variant Omicron faisait rage en Chine voisine, montre que Pyongyang était trop confiant dans ses capacités à combattre et à prévenir le virus", assure Cheong Seong-chang, de l'Institut Sejong.

Isolement depuis janvier 2020

Le pays reclus avait fait état jeudi de ses premiers cas de coronavirus et a déclaré un confinement national. Six personnes victimes de "fièvre" sont mortes dans le pays, dont une testée positive au sous-variant BA.2 d'Omicron, selon l'agence de presse officielle KCNA. Aucun des 25 millions d'habitants n'est vacciné contre le coronavirus, Pyongyang ayant rejeté les offres de vaccination de l'OMS, de la Chine et de la Russie. Le pays pourrait dès lors faire face à une crise sanitaire majeure. 

La Corée du Nord avait jusque-là fait preuve de la plus grande prudence, en étant l'un des premiers pays à fermer ses frontières dès janvier 2020, après l'apparition du virus en Chine voisine. Sa politique d'isolement strict a semblé tenir dans un premier temps le Covid à distance, et le pays n'a signalé aucun cas pendant deux ans, bien que cette affirmation soit mise en doute par certains experts. 

Un défilé en septembre 2021

Mais au fil du temps, il semble que la Corée du Nord ait relâché sa vigilance sur le plan intérieur, les médias d'État faisant état de la lutte contre l'épidémie de manière plus sporadique, selon les analystes.

Pyongyang a même organisé un défilé militaire nocturne en septembre 2021 sans qu'aucune conséquence ne soit signalée, bien que des photographies de cet événement montrent des participants portant des masques. À l'époque de ce défilé , la circulation des personnes et des biens vers et depuis la Chine faisaient l'objet d'un verrouillage quasi-total, note Yang Moo-jin, professeur à l'Université des études nord-coréennes.

Mais au début de l'année, la Corée du Nord a brièvement assoupli ses restrictions sanitaires, menant probablement à l'épidémie actuelle d'Omicron, ajoute-t-il. "Le virus a pu pénétrer en Corée du Nord par trois voies différentes : les chemins de fer, le transport maritime et la contrebande", a-t-il ajouté. "Le fait est qu'il est venu de Chine".

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/