1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Conflits, catastrophes naturelles : où se situent les "déplacés internes" en 2017 ?
1 min de lecture

Conflits, catastrophes naturelles : où se situent les "déplacés internes" en 2017 ?

CARTE INTERACTIVE - Les conflits et les catastrophes climatiques sont responsables de la fuite forcée de ces habitants à l'intérieur de leurs frontières.

Les "déplacés internes" ne disposent d'aucun statut juridique leur garantissant une protection internationale
Les "déplacés internes" ne disposent d'aucun statut juridique leur garantissant une protection internationale
Crédit : Capture d'écran Carto
Camille Kaelblen
Camille Kaelblen

Réchauffement climatique, catastrophes naturelles, conflits armés. Depuis le début de l'année 2017, 9,1 millions de personnes ont été forcées de quitter leur lieu de vie dans le monde, selon un rapport publié par l'Observatoire des situations de déplacement interne. 4,6 millions d'entre elles ont dû fuir en raison de conflits et 4,5 millions à la suite de catastrophes naturelles.

À la différence des réfugiés, ces "déplacés internes" fuient sans pour autant sortir des frontières de leur pays. Ils ne disposent donc d'aucun statut juridique qui leur garantisse une protection par la communauté internationale. Concernant les migrations liées à des conflits, le bilan est plus lourd que l'année précédente. En 6 mois, le nombre de déplacés internes fuyant les combats représente déjà deux tiers des chiffres de 2016. C'est sur le continent africain et au Moyen-Orient qu'ils sont les plus nombreux. Depuis janvier 2017, la République démocratique du Congo totalise 997.000 déplacés internes pour cause de conflits. Elle est suivie de l'Irak, qui en compte 922.000, puis de la Syrie, où 962.000 personnes ont dû quitter leur lieu de vie d'origine.

Passez votre souris sur les points rouges pour afficher le nombre de déplacés pour des raisons de conflits et pour des raisons de désastres naturels.

En Asie, les catastrophes naturelles créent des déplacements massifs

Les déplacements liés à des catastrophes naturelles ont davantage touché les pays asiatiques. En Chine, les fortes inondations ont contraint quelque 858.000 personnes à prendre la route de l'exode. 851.000 Birmans, Indiens et Bengalis ont également dû fuir après le passage du cyclone Mora fin mai. 

À lire aussi

Après les tempêtes et les inondations liées au barrage d'Oroville (Californie) en février dernier, les États-Unis ont également dû faire face au déplacement de 188.000 habitants.

Le nombre de déplacés internes pour raisons de désastres est moins élevé qu'en 2016, où 24,2 millions de personnes avaient dû quitter leur maison. Selon les auteurs du rapport, le total risque cependant de s'alourdir au second semestre avec les moussons en Asie et en Afrique et la saison des typhons.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/