1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Colombie : le président Ivan Duque envoie l'armée à Cali
2 min de lecture

Colombie : le président Ivan Duque envoie l'armée à Cali

Face aux violentes manifestations dans les villes de Colombie, le président Ivan Duque a ordonné, vendredi 29 mai, le déploiement de l'armée dans les rues de Cali.

Manifestation contre le gouvernement du président colombien Ivan Duque, à Bogota le 28 mai 2021.
Manifestation contre le gouvernement du président colombien Ivan Duque, à Bogota le 28 mai 2021.
Crédit : JUAN BARRETO / AFP
Camille Guesdon
Camille Guesdon
Journaliste

Face à la colère sociale qui gronde depuis un mois en Colombie, le président Ivan Duque a ordonné vendredi 29 mai le déploiement de l'armée dans les rues de Cali. Depuis maintenant un mois, la troisième ville du pays est l'épicentre de violentes manifestations.

De nouvelles manifestations ont fait au moins trois morts vendredi 28 mai dans la ville, dont un enquêteur du parquet de Cali qui a tiré sur la foule, tuant un civil, avant d'être lynché par les manifestants. Ces violences interviennent un mois exactement après le soulèvement du 28 avril contre un projet de réforme fiscale, vite abandonné, et porté par le président de droite Ivan Duque, qui visait à augmenter la TVA et à élargir la base de l'impôt sur le revenu.

Ces trois nouveaux décès portent le nombre de morts à 49, dont 2 policiers, répertoriés par les autorités. Quelque 2.000 personnes ont été blessées et 123 sont portées disparues. Human Rights Watch évoque jusqu'à 61 morts.

Une révolte qui secoue les grandes villes de Colombie

Depuis un mois, les manifestations sont pacifiques en journée mais la nuit, la rébellion se transforme en émeutes, où mortiers d'artifice et cocktails Molotov se mélangent aux tirs à balles réelles. Cette révolte sans précédent secoue les grandes villes de Colombie, où sont érigées des barricades et des blocages d'axes routiers qui provoquent des pénuries et exaspèrent une partie de la population.

À lire aussi

Une autre manifestation a fait 25 blessés parmi les civils et quatre parmi les policiers, dans la soirée du mercredi 26 mai, dans le sud de Bogota. Le gouvernement colombien, malgré des médiateurs chargés de négocier avec le Comité national de grève, initiateur du mouvement, est incapable de désactiver une crise qui, pour l'instant, ne menace pas de le renverser.
Selon les analystes, cette crise a surtout révélé la sourde colère d'une jeunesse politisée, appauvrie par l'épidémie de Covid-19 et qui ne veut plus se taire.

La rédaction vous recommande
Sur les thématiques :

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/