1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Chine : pourquoi la natalité aura du mal à repartir, malgré l'autorisation d'avoir 3 enfants
1 min de lecture

Chine : pourquoi la natalité aura du mal à repartir, malgré l'autorisation d'avoir 3 enfants

INVITÉ RTL - La Chine a autorisé lundi à sa population d'avoir trois enfants. Pour le sinologue Alain Wang, les Chinois n'auront pas pour entant des envies de famille nombreuse, et ce pour différentes raisons.

Alain Wang, sinologue, invité sur RTL
Alain Wang, sinologue, invité sur RTL
Crédit : RTL
Chine : pourquoi la natalité aura du mal à repartir, malgré l'autorisation d'avoir 3 enfants
06:44
Chine : pourquoi la natalité aura du mal à repartir, malgré l'autorisation d'avoir 3 enfants
06:44
Yves Calvi - édité par Nicolas Barreiro

Contrecoup de la politique de l'enfant unique puis de la limite de deux enfants par couple, les autorités chinoises constatent aujourd'hui une population vieillissante et des enfants de moins en moins nombreux. C'est pourquoi, dans l'espoir de faire repartir la natalité dans le pays le plus peuplé du monde, la Chine autorise depuis le lundi 31 mai d'avoir jusqu'à trois enfants.

En 2015, la limite passait d'un à deux enfants, ce qui n'a pas beaucoup changé les habitudes. Selon Alain Wang, sinologue et enseignant, les Chinois n'ont pas fait deux enfants et ils "n'en feront pas" trois, assure-t-il, invité sur RTL. "Il y a plusieurs facteurs qui entrent en jeu comme l'urbanisation, qui était très importante. Il y avait beaucoup d'enfants dans les familles rurales au début de la politique de l'enfant unique, 80% de gens à la campagne. Aujourd'hui ce sont 64% des gens qui sont en ville", poursuit-il.

Ce changement d'environnement impacte ainsi les habitudes de consommation, "le coût de la vie est beaucoup plus important, le coût des appartements est très élevé (...) évidemment on compte, alors on fait un enfant". Au-delà de l'aspect financier, "on arrive dans une génération d'enfants d'enfants uniques, donc forcément ils n'ont pas eu de soucis financiers. Leur priorité, c'est de voyager, d'avoir des objets de luxe... Donc ils n'ont pas du tout envie d'avoir deux ou trois enfants à charge", souligne le sinologue Alain Wang.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/