1 min de lecture Carlos Ghosn

Carlos Ghosn : "On cherche à l'intimider, à le faire payer", dit son avocat sur RTL

INVITÉ RTL - Carole Ghosn, la femme de l'ex-PDG de Renault/Nissan a publié mardi 6 août un communiqué après avoir vu son cinquième appel pour son droit de visite refusé. L'avocat du couple dénonce les conditions de détention.

Calvi-245x300 6 minutes pour trancher Yves Calvi
>
6 minutes pour trancher Crédit Image : Behrouz MEHRI / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Jérôme Florin
Jérôme Florin édité par Nicolas Barreiro

Carole Ghosn s'insurge contre les conditions de détention de son mari au Japon. Accusé de malversations financières, Carlos Ghosn l'ex-PDG de Renault-Nissan, est assigné à résidence à Tokyo.

"On prive les époux de tout contact", dénonce François Zimeray, l'avocat du couple sur RTL. En effet, ils n'ont pas eu le moindre contact "depuis 125 jours". La femme de l'accusé évoque une "justice de l'otage" dans un communiqué. Elle ajoute : "Il s'agit de représailles indignes qui n’ont qu’un seul objectif : le briser".

Maître François Zimeray semble du même avis, au micro de RTL il affirme que "ce qui se passe devant nous n'a rien à voir avec la justice". Pour ce dernier ces conditions s'apparentent à un moyen de pression : "On cherche à l'intimider, à le faire payer". L'avocat estime qu'il n'y a pas de présomption d'innocence.

Carlos Ghosn est actuellement assigné à résidence "dans un petit appartement". Il peut sortir, mais ses communications sont filtrées. L'ancien PDG n'a accès à Internet que chez son avocat, il doit aussi communiquer les sites qu'il a visités. Il ne peut pas posséder de smartphone non plus.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Carlos Ghosn Justice Japon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants