1 min de lecture Carlos Ghosn

Carlos Ghosn attaque Nissan et Mitsubishi pour rupture abusive de contrat

Selon le Figaro, l'ancien PDG de Renault et Nissan réclamerait 15 millions d'euros pour "rupture abusive de contrat".

Carlos Ghosn, le 6 mars 2019.
Carlos Ghosn, le 6 mars 2019. Crédit : Kazuhiro NOGI / AFP
Thomas Pierre
Thomas Pierre et AFP

Carlos Ghosn lance la contre-attaque. L'ancien PDG de Renault et Nissan actuellement assigné à résidence à Tokyo, a intenté des poursuites contre Nissan et Mitsubishi auprès de la justice néerlandaise pour "rupture abusive" de son contrat, a rapporté mercredi 17 juillet le Figaro.

Carlos Ghosn reproche aux deux constructeurs japonais la rupture abusive de son contrat de travail comme salarié de NMBV, leur filiale commune basée aux Pays-Bas, et réclamerait jusqu'à 15 millions d'euros, selon le journal. NMBV avait remercié Carlos Ghosn après une réunion de son conseil d'administration, le 12 mars 2019, soit le même jour que l'annonce de sa prochaine dissolution.

Si Carlos Ghosn a bien démissionné de chez Renault-Nissan BV (RNBV), ce n'était pas le cas chez NMBV, et "la rupture de contrat serait insuffisamment motivée" selon l'argumentation de ses avocats, rapportée par le Figaro.

11 millions d'euros de "dépenses suspectes"

Mais pour Nissan et Mitsubishi, le contrat de Carlos Ghosn ne pouvait être valide puisqu'il n'aurait pas "été soumis au conseil d'administration de NMBV", selon le quotidien. Ni l'avocat de Carlos Ghosn ni ses porte-parole n'ont réagi aux sollicitations de l'AFP mercredi soir.

À lire aussi
Thierry Bolloré Carlos Ghosn
Renault se sépare de son directeur général Thierry Bolloré pour clore l'ère Ghosn

Les deux constructeurs visés ont affirmé, toujours selon le quotidien, vouloir récupérer les rémunérations versées par NMBV à leur ancien dirigeant, soit 7,82 millions d'euros entre avril et novembre 2018.

Renault a de son côté annoncé le 5 juin qu'il envisageait des poursuites contre son ancien dirigeant après avoir détecté 11 millions d'euros de "dépenses suspectes" au sein de RNBV, société commune entre Renault et Nissan basée également aux Pays-Bas. Carlos Ghosn, mis en examen au Japon pour diverses malversations, n'a pas été inculpé dans le cadre de ses activités au sein de NMBV.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Carlos Ghosn Justice Nissan
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants