1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Canada : le caribou menacé par un fabricant de papier
1 min de lecture

Canada : le caribou menacé par un fabricant de papier

REPLAY - Le numéro un mondial des produits forestiers est accusé par l'organisation écologiste Greenpeace de faire disparaître les arbres, et donc les caribous.

Un Caribou (illustration)
Un Caribou (illustration)
Crédit : Sipa
Canada : le caribou menacé par un fabricant de papier
01:46
Canada : le caribou menacé par un fabricant de papier
01:49
Virginie Garin & Loïc Farge

D'un côté, Greenpeace accuse le fabricant de papier de dévaster les forêts boréales, de magnifiques forêts primaires qui abritent des caribous. Or le caribou, cousin du renne, est une espèce dite "parapluie". Quand elle va, tout va. Quand elle n'est plus protégée, les autres espèces sont en danger (les ours, les lynx...). En face donc, il y a le géant du papier qui s'appelle Résolu. Il porte bien son nom, puisqu'il a décidé de porter plainte contre Greenpeace. Avec les avocats de Donald Trump, il lui réclame 300 millions de dollars de dommages et intérêts et l'accuse de mentir.

Jamais l'organisation n'a été poursuivie de la sorte. Et elle se bat avec ses armes, c'est-à-dire la communication. Pour sauver les caribous, Greenpeace a lancé une pétition mondiale (elle en est a 500.000 signatures) pour demander aux clients du géant du papier de faire pression sur lui, pour qu'il exploite ses forêts avec des méthodes plus écologiques. Plusieurs gros acheteurs de papier ont déjà annoncé qu'ils allaient changer de fournisseur.

Greenpeace a aussi obtenu le soutien d'écrivains dont les livres sont publiés sur le papier provenant de ces forêts, notamment le prix Goncourt Laurent Gaudé et le prix Renaudot Annie Ernaux. Ces auteurs ont eux-mêmes fait pression sur leurs éditeurs. Hachette, qui s'approvisionne au Québec, vient de demander à son fournisseur de gérer ses forêts autrement.

Dans cette bataille, au-delà de la survie du caribou, c'est celle de Greenpeace qui est aussi en jeu. Si le procès va jusqu'au bout, l'organisation n'aura jamais de quoi payer 300 millions de dollars.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/