1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Brexit : le dîner entre Theresa May et Jean-Claude Juncker vire au désastre
2 min de lecture

Brexit : le dîner entre Theresa May et Jean-Claude Juncker vire au désastre

La première ministre britannique et le président de la Commission européenne se sont retrouvés pour la première fois autour d'un dîner pour évoquer le Brexit, mercredi 26 avril.

La première ministre britannique Theresa May et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, le 26 avril devant le 10 Downing Street
La première ministre britannique Theresa May et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, le 26 avril devant le 10 Downing Street
Crédit : Justin TALLIS / AFP
Eléanor Douet & AFP

Devant le 10 Downing Street ils s'étaient fait la bise, avaient affiché une bonne entente. Le communiqué officiel évoquait une "rencontre constructive". Mais le dîner lors duquel Theresa May et Jean-Claude Juncker se sont rencontrés pour parler du Brexit, mercredi 26 avril, semble avoir été très tendu. C'est le journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ), citant des sources anonymes à la Commission, qui rapporte cette rencontre loin de l'idylle affichée devant les caméras.

Au grand étonnement du responsable luxembourgeois, Theresa May aurait ainsi insisté pour démarrer au plus vite les négociations d'un accord commercial entre l'Union européenne et le Royaume-Uni, quand bien même les 27 souhaitent en premier lieu régler la question des conditions de sortie, selon un récit de la rencontre publié dans l'édition dominicale du FAZ

Je quitte Downing Street dix fois plus pessimiste que je ne l'étais.

Jean-Claude Juncker, cité par le Sunday Times

Theresa May, poursuit le journal, aurait aussi affirmé que son pays ne devait pas d'argent à l'UE, alors que la facture du Royaume-Uni pour quitter le giron européen tournerait autour de 60 milliards d'euros. La conclusion de Jean-Claude Juncker ? "Je quitte Downing Street dix fois plus pessimiste que je ne l'étais", aurait-il lâché, reprochant à Theresa May, selon le Sunday Times, de vivre dans "une autre galaxie".

Officiellement, Jean-CLaude Juncker a qualifié la rencontre de "constructive", mais jugé que Londres "sous-estimait les difficultés techniques auxquelles nous faisons face". D'après le FAZ, le président de la Commission aurait fait part de ses impressions à la chancelière allemande Angela Merkel qui, le lendemain, avertissait Londres de ne pas se faire d'"illusions" sur les implications du divorce.

May évoque des "ragots de Bruxelles"

À lire aussi

Signe de l'agitation provoquée, l'affaire était toujours mardi, et pour la troisième journée consécutive, à la une des médias britanniques, le gouvernement tentant de son côté d'éteindre l'incendie. "D'après ce que j'ai vu de cet article, je pense qu'il s'agit de ragots de Bruxelles", a déclaré lundi Theresa May à propos du récit fait par le FAZ.

"On ne va pas se mettre à commenter ce genre de fuites", a renchéri mardi la ministre de l'Intérieur Amber Rudd, sur ITV. S'il est une leçon à en tirer, a-t-elle néanmoins ajouté sur la BBC, c'est que "nous devrons nous assurer de conduire nos négociations plus discrètement".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/