1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Brexit : "J'ai d'énormes craintes", confie l'ex-ministre britannique Denis MacShane
2 min de lecture

Brexit : "J'ai d'énormes craintes", confie l'ex-ministre britannique Denis MacShane

INVITÉ RTL - L'ancien ministre britannique des Affaires européennes sous Tony Blair, Denis Macshane, estime que Theresa May devrait consentir à un compromis. Pour lui, reporter encore la date du Brexit fixée au 29 mars prochain "ne sert à rien".

Denis MacShane était ministre britannique des Affaires européennes sous Tony Blair
Denis MacShane était ministre britannique des Affaires européennes sous Tony Blair
Crédit : CARL COURT / AFP
Brexit : Theresa May doit "avancer vers un compromis", selon l'ex-ministre Denis MacShane
00:04:05
Brexit : Theresa May doit "avancer vers un compromis", selon l'ex-ministre Denis MacShane
00:04:06
Christelle Rebière - édité par Joanna Wadel

Quand la Grande Bretagne sortira-t-elle de l'Union et dans quelles conditions ? Sortira-t-elle vraiment ou faudra-t-il revoter ? La date limite est encore fixée au 29 mars. Mais après le rejet du traité mardi 12 mars, par les députés britanniques, l'Europe s'impatiente. Le négociateur Michel Barnier (LR) a clairement dit ce mercredi à Strasbourg qu'il en avait assez.

Denis MacShane, ancien ministre des Affaires européennes dans le gouvernement de Tony Blair apporte son éclairage sur la situation au micro de RTL. Pour l'homme politique, Michel Barnier a "parfaitement raison" lorsqu'il affirme que prolonger la négociation ne "sert à rien". L'élu britannique estime que la Première ministre Theresa May a une grande part de responsabilité dans cet échec, car elle "ne sait pas convaincre son propre parti". 

Mais Denis MacShane maintient que "la majorité des députés sont pour trouver un compromis", comme "accepter l'union douanière" ou "accepter de rester dans le marché intérieur", mais selon lui, Theresa May ne saurait pas maîtriser la centaine d'opposants à ces mesures qui feraient de la résistance. 

Les banques, les assurances (...) ne savent pas dans quel cadre juridique ils vont opérer d'ici deux semaines.

Denis MacShane

Concernant l'issue sans accord, dite "no deal", l'ancien ministre est clair : "Il n'y a pas de règles juridiques pour le commerce, pour les voyages, pour les avions (...) pour les arrivées de produits chez nous. Si l'Angleterre s’ampute de toutes ces réglementations (...) toutes les banques, les assurances, fonds d'investissements (...) ne savent pas dans quel cadre juridique ils vont opérer d'ici deux semaines", explique l'ex-député, qui précise que ce sera alors au chef du pays d'offrir "un point de leadership". 

À lire aussi

Il reste désormais 16 jours avant le 29 mars, date prévue pour le divorce entre le Royaume-Uni et l'Europe. Mais pour Denis MacShane, les délais et les reports sont inutiles, "Honnêtement, j'ai d'énormes craintes. (...) Ça sert à quoi ? On a eu six mois", dit-il, avant de conclure, formel : "Il faut absolument que Madame May avance vers un compromis". 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.