2 min de lecture Bolivie

Bolivie : un stock de cocaïne vieux de 1.000 ans découvert en Amazonie

L'attirail découvert a révélé la présence de cinq substances psychoactives. Les scientifiques parlent du plus grand assemblage archéologique jamais trouvé en Amérique du Sud.

Une petite pochette en cuir, décorée de museaux de renard, trouvée avec les autres instruments servant à administrer de la drogue (Bolivie)
Une petite pochette en cuir, décorée de museaux de renard, trouvée avec les autres instruments servant à administrer de la drogue (Bolivie) Crédit : Jose Capriles / Penn State
Leia Hoarau
Leia Hoarau
Journaliste

C'est une découverte plutôt étonnante qu'on fait des archéologues en Bolivie : ils ont trouvé, dans une grotte, des accessoires millénaires servant à se droguer. S'il était déjà connu que les chamanes des tribus indiennes d'Amazonie consommaient de l'ayahuesca (une boisson à base de lianes aux effets hallucinogènes très puissants), ils ont été surpris de mettre également à jour des traces de cocaïne.

Le petit sac trouvé dans une grotte de la Cueva del Chileno dans les Andes boliviennes, date d'il y a mille ans, rapporte Geo. La découverte, elle, remonte à 2008, et a été réalisée par José Capriles, un anthropologue de l'université de Pennsylvanie (États-Unis) et son équipe. À côté de plusieurs sépultures humaines, ils trouvent un sac en cuir fermé à l'aide d'une ficelle dans lequel se trouvent des spatules en os (pour écraser les graines de plantes psychotropes), des tablettes en bois incrustées de pierres précieuses (pour servir de surface de broyage), un tube à tabac à priser en bois et une petite pochette décorée de peaux de renard.

5 substances psychoactives détectées

Si les archéologues ont tout de suite compris que cet attirail avait pour but de s'administrer différentes drogues, ils ne l'avaient jamais analysé. En 2018, José Capriles décide d'effectuer des recherches plus poussées sur les instruments. Aidé par Melanie Miller, bio-archéologue à l'université d'Otago (Nouvelle-Zélande), José Capriles découvre qu'il s'agit en réalité du plus grand assemblage archéologique de substances psychoactives jamais trouvé en Amérique du Sud.

Pas moins de 5 substances psychoactives ont été décelées sur les objets : la cocaïne, la benzoylecgonine, la bufoténine, l'harmine et la diméthyltryptamine (DMT). Des indices qui laissent à penser que l'ayahuesca (composé de l'harmine et la DMT) n'était pas seulement préparé sous forme de breuvage, comme les chercheurs le pensaient initialement, mais qu'il était aussi inhalé.

À lire aussi
Evo Morales, le président bolivien Bolivie
Bolivie : le président Morales se perd pendant une heure dans la jungle

Autre conclusion : les drogues étaient visiblement mélangées. "Il est possible que le propriétaire de ce sac ait combiné plusieurs plantes différentes simultanément afin de démultiplier les effets", explique Melanie Miller dans un communiqué

Des "réseaux d'échange élaborés"

Cette découverte démontre aussi, indique Melanie Miller, que les chamanes se fournissaient dans des lieux éloignés de là où ils vivaient : "Aucun des composés psychoactifs ne provient de plantes qui poussent dans cette région des Andes. Cela montre soit l'existence de réseaux d'échange élaborés, soit des déplacements dans divers environnements pour les trouver".

Le magazine spécialisé précise que bien que l'usage de plantes hallucinogènes depuis des milliers d'années soit documenté, les preuves archéologiques restent très raresL'étude complète a été publiée le 6 mai sur le site Proceedings of the National Academy of Sciences. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bolivie Drogue Cocaïne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants