2 min de lecture Économie

BNP Paribas menacée de boycott en Chine

La banque française est victime d'une campagne de boycott par des internautes chinois qui ont découvert qu'un des employés était pro démocratie à Hong Kong.

Lenglet - Lenglet-Co François Lenglet
>
BNP Paribas menacée de boycott en Chine Crédit Image : LOIC VENANCE / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Nicolas Barreiro

À l’occasion des gigantesques manifestations récentes pour la démocratie à Hong Kong, un employé de BNP là-bas, cadre juridique, a pris parti dans un commentaire posté sur son Facebook. 

Il a traité de "singe" les opposants aux manifestations, ceux qui sont pro-Pékin. Les internautes de Chine populaire ont repéré le message, et lancé une véritable campagne contre cet employé, et contre la banque française.

L’enjeu en termes de business est considérable pour l’établissement financier, elle ne peut pas se couper du marché chinois. Elle s'est donc mise à plat ventre devant Pékin, sur son site internet il y a trois jours, avec un communiqué : "nous nous excusons profondément pour l’offense commise par un post sur réseau social. […] Nous attendons de nos employés qu’ils soient respectueux en toute circonstance, et condamnons fermement tout comportement qui contribuerait à la division".

Des excuses jugées superficielles

L'affaire ne s'est pas du tout calmée. Les activistes nationalistes chinois ont repris leur campagne, en dénonçant le caractère superficiel de ces excuses. BNP va donc devoir aller plus loin. 

À lire aussi
Un homme retirant des billets au distributeur (illustration) Banques
Un tiers des banques dans le monde pourraient fermer en cas de crise

C’est d’autant plus problématique que ces campagnes se sont multipliées et qu’à chaque fois, les sabreurs de Pékin ont eu gain de cause. En août, c’est Givenchy, du groupe LVMH, et Versace, qui avaient subi le même sort pour avoir vendu des T-shirt qui ont déchaîné la colère. 

Des T-shirts avec le nom des capitales du monde, suivis du pays auquel elles appartiennent : Paris, France, Berlin Allemagne... Et pour la région du sud de la Chine, ils avaient imprimé : Hong Kong, Hong Kong, comme si elle ne faisait pas partie de la Chine. Scandale immédiat sur le net chinois puis retrait des T-Shirts. Ils avait également publié un communiqué : "La maison Givenchy présente ses excuses sincères pour cette erreur, qui ne reflète pas son respect profond pour le public chinois partout dans le monde". 

Versace communique aussi : "Nous aimons la Chine et respectons sa souveraineté territoriale". C’est sûrement vrai, mais Versace aime aussi ses ventes en Chine, à l’évidence. Au passage, ces marques occidentales ont perdu les stars chinoises qui les représentaient, des actrices ou des chanteurs, qui ont fait assaut de patriotisme en coupant les ponts avec elles.

La Chine pratique une sorte de chantage commercial, mais certaines entreprises résistent tout de même. Comme, tout récemment au plus fort des manifestations à Hong Kong, certains salariés de Cathay Pacific, la compagnie aérienne locale, ont participé aux mouvements pour la démocratie. 

La Chine a alors menacé d'interdire à Cathay de poser ses avions en Chine, si la compagnie ne livrait pas la liste des salariés qui avaient manifesté. Le patron, Rupert Hogg, a en effet donné aux Chinois une liste, mais sur laquelle il n'y avait qu'un seul nom, le sien.

Et dans la foulée, il a démissionné. Un geste qui l'a fait devenir un héros sur le net, en particulier à Taiwan, qui redoute aussi d'être avalée par la Chine. Hogg a donc été remplacé. Depuis, plusieurs salariés de la compagnie ont été licenciés, et la direction a enjoint à ses troupes de ne pas s'exprimer sur les troubles actuels, y compris sur leurs comptes personnels.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Chine BNP Paribas
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants