3 min de lecture Manifestations

Birmanie : soldats déployés, coupure internet... Ce que l'on sait

Les forces de l'ordre ont tiré sur des manifestants dimanche en Birmanie, tandis que des militaires se déployaient et qu'internet était presque totalement coupé.

Des manifestants en Birmanie le 14 février 2021
Des manifestants en Birmanie le 14 février 2021 Crédit : STR / AFP
William Vuillez
William Vuillez
et AFP

La répression est imminente en Birmanie. Ce dimanche 14 février, les forces de l'ordre ont tiré sur des manifestants, tandis que des militaires se déployaient et qu'internet était presque totalement coupé. Des chars ont été aperçus à Rangoun, la capitale économique. Des déploiements de soldats ont été constatés dans d'autres villes, d'après des images diffusées sur les réseaux sociaux. Les télécommunications étaient de nouveau très perturbées avec "une coupure internet quasi-générale" dans l'ensemble du pays, selon l'ONG Netblocks. 

À Myitkyina (nord), plusieurs personnes ont été blessées quand les forces de l'ordre ont tiré pour disperser des manifestants, d'après une journaliste locale. "Ils ont lancé du gaz lacrymogène, puis ont tiré", a-t-elle déclaré à l'AFP, sans pouvoir préciser si des balles réelles ou des munitions en caoutchouc avaient été utilisées. Cinq journalistes ont été interpellés, d'après un média local.

Réagissant à cette escalade de la répression, les ambassadeurs en Birmanie des États-Unis, du Canada et de plusieurs pays de l'Union européenne ont exhorté l'armée à "ne pas recourir à la violence", dans une déclaration commune.

Demande de l'ONU

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, leur a fait écho en demandant au pouvoir birman de "garantir que le droit de se réunir pacifiquement est pleinement respecté et que les manifestants ne sont pas soumis à des représailles". Antonio Guterres a également demandé aux militaires d'autoriser "d'urgence" la diplomate suisse Christine Schraner Burgener à venir sur place "pour évaluer directement la situation", a précisé son porte-parole.

À lire aussi
Birmanie
Birmanie : Total financerait-il la junte militaire via des comptes offshore ?

Les chefs de la junte seront "tenus pour responsables", a tweeté Tom Andrews, rapporteur spécial des Nations unies pour la Birmanie. "C'est comme s'ils avaient déclaré la guerre au peuple birman".

Le putsch du 1er février comme élément déclencheur

Le putsch du 1er février a renversé le gouvernement d'Aung San Suu Kyi et mis fin à une fragile transition démocratique de 10 ans. La peur des représailles est dans tous les esprits dans le pays, où les soulèvements populaires de 1988 et 2007 ont été réprimés dans le sang par les militaires. Malgré cela, la mobilisation contre le coup d'État ne faiblit pas avec de nombreux fonctionnaires (enseignants, médecins, employés de chemin de fer...) en grève. Dimanche, pour le neuvième jour consécutif, les Birmans sont descendus par dizaines de milliers dans les rues.

400 arrestations

L'armée a de son côté diffusé une liste de sept militants parmi les plus renommés de Birmanie, qu'elle recherche activement pour avoir encouragé les manifestations. Responsables politiques, militants, journalistes, médecins, étudiants: quelque 400 personnes ont été arrêtées depuis le putsch. Sur la liste des sept "fugitifs" figure Min Ko Naing, un leader du mouvement étudiant de 1988, qui a déjà passé plus de 10 ans en prison. 

Certains Birmans craignent aussi que la libération massive cette semaine de plus de 23.000 prisonniers par l'armée n'ait été orchestrée pour semer le trouble en relâchant des individus peu recommandables, tout en faisant de la place dans les prisons pour les détenus politiques.

Avertissement aux médias

La situation a fait l'objet de nombreuses condamnations internationales, Washington détaillant une série de sanctions à l'encontre de plusieurs généraux. Ces derniers contestent la régularité des élections de novembre, massivement remportées par la Ligue nationale pour la démocratie (LND), le parti d'Aung San Suu Kyi. Ils affirment avoir pris le pouvoir en respectant la Constitution et ont ordonné aux journalistes d'arrêter de parler de "coup d'État".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Manifestations Birmanie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants