2 min de lecture Crime

Aux États-Unis, les vols de fœtus se multiplient

Ce phénomène aussi surprenant qu'inquiétant devient de plus en plus fréquent aux États-Unis. Des femmes s'attaquent à de futures mères et leur extraient leur fœtus, avant de l'élever comme s'il s'agissait de leur propre enfant.

Une femme enceinte (Image d'illustration)
Une femme enceinte (Image d'illustration)
Nicolas Barreiro et AFP

Lisa Montgomery, une mère de famille comme une autre, a tué une femme enceinte pour lui ravir son fœtus, en 2004. Seize ans après, les États-Unis s'apprêtent à l'exécuter le mardi 12 janvier prochain. De nombreuses questions se posent toujours sur les raisons qui peuvent pousser à un tel acte. 

"Voler un bébé en éventrant sa mère" reste très rare, mais ce type d'attaques "a augmenté depuis une quinzaine d'années", remarque John Rabun, qui a cofondé le Centre national pour les enfants disparus et exploités. Son organisation a recensé 21 "enlèvements de foetus" depuis 1964 aux Etats-Unis, dont 18 commis depuis 2004.  

Cette année-là, Lisa Montgomery avait 36 ans. Mère de quatre enfants, elle avait subi une ligature des trompes quelques années plus tôt, ce que ses proches ignoraient. Après avoir repéré sa victime, enceinte de huit mois, sur un forum de discussions, elle s'était présentée à son domicile sous prétexte de lui acheter un chien. À la place, elle l'avait étranglée, avant de lui découper l'utérus avec un couteau, et l'avait abandonnée dans un bain de sang. Elle était partie avec la petite fille, qui a survécu, et l'avait présentée à son nouveau mari comme leur nouveau-né. Ce dernier l'avait crue, jusqu'à l'intervention de la police le lendemain.  

Un crime minutieusement préparé

Les experts dressent des parallèles avec d'autres drames comparables, dont le dernier a eu lieu en octobre au Texas. Le crime est souvent commis par une femme ayant perdu un enfant ou incapable d'en avoir, qui "veut un bébé pour améliorer une relation mal en point avec un partenaire", souligne Ann Burgess, professeure en psychiatrie à Boston. 

À lire aussi
Val-d'Oise
Val-d'Oise : enquête ouverte après la découverte des corps d'une mère et ses enfants

Avant de passer à l'acte, elle se livre à "beaucoup de préparatifs", explique Ann Burgess. Elle prend généralement du poids, peut décorer une chambre d'enfants et parfois organise une fête pour célébrer l'arrivée prochaine du bébé, une "baby shower". "Ces femmes planifient tout, elles lisent aussi des textes médicaux" pour apprendre à pratiquer des césariennes, ajoute John Rabun. "L'une d'elle avait surligné des passages jusqu'au moment de l'incision. Ensuite, elle s'était arrêtée de lire", raconte-t-il. 

Ces criminelles se montrent en effet totalement indifférentes au sort des mères. "Elles ne semblent pas comprendre, qu'avec un ventre ouvert, on peut mourir", dit-il. Sur les 21 cas "d'enlèvements de fœtus" recensés par son organisation, dix-neuf mères sont décédées. En revanche, les autrices de ces crimes se sont occupées des enfants comme si c'était les leurs, et treize nourrissons ont survécu.  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Crime Bébé Vol
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants