2 min de lecture Attentats en Catalogne

Attentats en Espagne : l'aller-retour express des terroristes en France

CARTE INTERACTIVE - Quelques jours avant la double attaque terroriste à Barcelone et Cambrils, deux des assaillants ont été aperçus en France lors d'un passage "extrêmement rapide".

La police catalane lors des recherches pour retrouver Younès Abouyaaqounb après les attentats en Catalogne
La police catalane lors des recherches pour retrouver Younès Abouyaaqounb après les attentats en Catalogne Crédit : Josep LAGO / AFP
Claire Gaveau
Claire Gaveau
et Camille Kaelblen

Pourquoi les terroristes de Barcelone et Cambrils ont-ils fait un passage en France ? Le week-end précédant la double attaque terroriste en Catalogne, deux des membres de la cellule jihadiste ont été aperçus en France comme l'a confirmé Gérard Collomb mardi 22 août sur BFM TV. Le ministre de l'Intérieur a ainsi évoqué un aller-retour "extrêmement rapide" même s'il est "peut-être trop tôt" pour expliquer cette venue.

L'information n'est pas nouvelle puisque Le Parisien révélait dimanche 20 août que l'Audi A3, qui avait été utilisée comme voiture bélier lors de l'attaque à Cambrils, avait été flashée dans l'Essonne alors que le lendemain, LCI révélait que le véhicule avait également été aperçu à Paris. Si quatre personnes se trouvaient à bord du véhicule lors de son passage dans l'Essonne, les autorités ont confirmé la présence de Younès Abouyaaqoub, le conducteur du fourgon à Barcelone, ou encore d'un des assaillants de Cambrils.

Ce mardi 22 août, BFM TV dévoile davantage d'informations sur le passage des terroristes dans l'hexagone le week-end du 12 et 13 août. Flashés dans l'Essonne, les terroristes auraient ensuite passé la nuit dans un hôtel situé près de Malakoff avant de faire certains achats dans un grand magasin parisien.

La Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) doit encore combler des zones d'ombres à propos de cet aller-retour. Pour l'instant, le lien formel entre ce passage en France et les attentats n'est pas défini : les forces de police cherchent à connaître le nombre précis d'hommes présents dans l'Audi A3, pour pouvoir déterminer si la cellule avait des contacts en France.

À lire aussi
Les familles de victimes se recueillent sur la mosaïque de Miro, sur les Ramblas de Barcelone, vendredi 17 août 2018, un an après les attentats en Catalogne Attentats en Catalogne
Attentats en Catalogne : un an après, Barcelone pleure ses victimes


Passez votre souris sur chaque point pour connaître le déroulé des faits. Les terroristes ayant été localisés la première fois dans l'Essonne, c'est le point de départ de cette carte interactive.

Une cellule jihadiste inconnue en France

Les terroristes ne seraient pas montés plus dans le Nord. Alors que la Belgique a été évoquée à plusieurs reprises dans l'enquête, ces derniers n'auraient cependant jamais franchi la frontière franco-belge lors de ce weekend. L'Audi A3 aurait ensuite été aperçue dans le Puy-de-Dôme puis dans l'Aude. Un trajet qui prouve bel et bien un retour en Espagne quelques jours avant l'explosion de la maison à Alcanar, le 16 août, l'attaque sur les Ramblas, le 17 août, et l'attaque à Cambrils, le 18 août.

La cellule jihadiste, qui avait monté un laboratoire à Alcanar, a-t-elle des liens avec la France ? Difficile de le dire à l'heure actuelle alors que les autorités françaises semblent découvrir les terroristes présumés ou encore l'imam de Ripoll, tué lors de l'explosion et suspecté d'être au cœur de cette organisation. "Au départ, on ne connaissait pas cette cellule qui était exclusivement espagnole", a précisé Gérard Collomb.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats en Catalogne Espagne France
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants