1 min de lecture Nouvelle-Zélande

Attentat de Christchurch : le tireur des mosquées devra répondre de 50 chefs de meurtre

Le 15 mars, 50 fidèles ont été abattus par l'extrémiste australien Brenton Tarrant dans deux mosquées de Christchurch.

Des journaux australiens après l'attentat à Christchurch, le 15 mars 2019
Des journaux australiens après l'attentat à Christchurch, le 15 mars 2019 Crédit : CON CHRONIS / AFP
Martin Planques
Martin Planques et AFP

Le suprémaciste blanc, Brenton Tarrant, accusé d'avoir perpétré le massacre des mosquées de Christchurch devra répondre de 50 chefs de meurtre devant la justice néo-zélandaise, a annoncé la police jeudi 4 avril.

L'Australien avait jusque ici été inculpé pour un meurtre seulement, les enquêteurs souhaitant aller vite. Mais la police a expliqué que la totalité des faits qui lui sont reprochés seraient reflétés lors de sa nouvelle comparution vendredi. "L'homme arrêté en relation avec les attaques terroristes de Christchurch devra répondre de 50 chefs de meurtre et de 39 tentatives de meurtre lorsqu'il comparaîtra vendredi devant la Haute cour de Christchurch", a déclaré la police dans un communiqué.

Les enquêteurs n'ont pas exclu d'autres charges contre le suprémaciste, sans autres précision. Elles pourraient avoir un rapport avec d'éventuelles qualifications d'attentat terroriste. Le 15 mars, Brenton Tarrant, 28 ans, a tué 50 fidèles dans deux mosquées de la grande ville de l'île du Sud de la Nouvelle-Zélande, et diffusé en direct les images du carnage sur Facebook.

Il comparaîtra via un lien vidéo depuis la prison haute sécurité d'Auckland où il est détenu. La Haute cour a expliqué récemment que l'audience serait brève et destinée à "établir la position de l'accusé concernant sa représentation légale" et d'autres questions de procédure. Le tueur a limogé son avocat commis d'office après sa première comparution le 16 mars, ce qui fait craindre qu'il veuille se défendre lui même et se servir de son procès comme plateforme de propagande.

À lire aussi
Le président du Parlement est lui-même père de trois enfants congé parental
Nouvelle-Zélande : le président du Parlement siège en donnant le biberon à un bébé

Le tribunal a également déclaré qu'il ne serait pas tenu vendredi de dire s'il comptait plaider coupable ou non coupable. Les médias sont désormais interdits de filmer ou de photographier l'accusé. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nouvelle-Zélande Attentat Terrorisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants