2 min de lecture Droits des femmes

Arabie saoudite : une rappeuse provoque la colère des autorités de La Mecque

La rappeuse Asayel Slay pourrait être arrêtée par le gouverneur de La Mecque à la suite de la mise en ligne du clip de sa chanson "Mecca Girl". Il lui est reproché une "offense" aux "coutumes et traditions" des habitants de la ville.

La rappeuse Asayel Slay dans "Mecca Girl"
La rappeuse Asayel Slay dans "Mecca Girl" Crédit : Capture d'écran YouTube
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
et AFP

La levée de restrictions de libertés concernant les femmes n'est pas encore totale en Arabie saoudite. En effet, si elles ont pu acquérir plus de droits depuis l'arrivée sur le trône de Mohammed Ben Salmane (notamment celui de conduire seule), tout ne leur est pas permis. 

C'est dans ce contexte corseté qu'une rappeuse de La Mecqueville de pèlerinage et sainte de l'islam, a provoqué les foudres du gouverneur de la ville. Les autorités de La Mecque ont appelé à arrêter cette artiste saoudienne qui offense selon elles les coutumes des habitants de la ville sainte.

Dans une vidéo mise en ligne et intitulée Mecca Girl ("La fille de La Mecque"), la rappeuse, voilée et portant des lunettes de soleil, dont le nom de scène est Asayel Slay, salue le courage des femmes vivant à La Mecque et les qualifie de "bonbons en sucre".

Des mesures d'ouverture, mais des répressions d'opposants

Le gouverneur Khaled al-Faiçal a depuis ordonné l'arrestation de la chanteuse, estimant sur Twitter que la jeune femme "offense les coutumes et traditions" des habitants de La Mecque. Des propos qui ont suscité sur Internet une vague d'indignation.

À lire aussi
Une installation d'illusion dans le palais de la découverte. coronavirus
Andréa Bescond raconte une famille qui profite des derniers jours du Palais de la découverte malgré la menace du Coronavirus

En effet, les réponses au tweet du dirigeant régional ont été plutôt en faveur de la jeune femme. "Je viens de La Mecque et la seule chose que je trouve offensante est votre racisme et misogynie et votre guerre contre une jeune femme", a posté un internaute saoudien, en référence notamment au fait que la jeune femme est noire.

Un autre commentaire a de son côté pointé ce qu'il considère comme une hypocrisie des autorités, qui depuis plusieurs mois tentent d'attirer des touristes en Arabie saoudite. "C'est si typique du gouvernement saoudien : inviter des influenceurs occidentaux pour laver les crimes du régime mais attaquer les véritables femmes saoudiennes qui essaient d'exprimer artistiquement leur identité culturelle", a-t-il pointé.

Sous l'impulsion du prince héritier Mohammed Ben Salmane, homme fort du royaume cherchant à le débarrasser de son image ultraconservatrice, Ryad encourage l'essor des divertissements sur son territoire. Un festival de musique électronique a ainsi été organisé en décembre près de la capitale, auquel ont assisté de nombreuses Saoudiennes, parfois non voilées.

Mais cet assouplissement des normes sociales -bien accueilli par les habitants, dont les deux tiers ont moins de 30 ans- s'est aussi accompagné d'une répression des opposants. Les ONG ont ainsi dénoncé l'arrestation de journalistes, d'écrivains et de militants en novembre, et le royaume reste scruté par la communauté internationale sur son bilan en matière de droits humains.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Droits des femmes Arabie Saoudite
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants