1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Allemagne : durant ses mandats, Angela Merkel "n'a pas fait grand-chose", estime Lenglet
2 min de lecture

Allemagne : durant ses mandats, Angela Merkel "n'a pas fait grand-chose", estime Lenglet

ÉDITO - Le 26 septembre prochain, les élections législatives auront lieu et la chancelière Angela Merkel ne se représente pas. François Lenglet revient sur son bilan, "largement surestimé".

Angela Merkel, le 10 juillet 2019, à Berlin
Angela Merkel, le 10 juillet 2019, à Berlin
Crédit : TOBIAS SCHWARZ / AFP
Allemagne : durant ses mandats, Angela Merkel "n'a pas fait grand-chose", estime Lenglet
03:31
Allemagne : durant ses mandats, Angela Merkel "n'a pas fait grand-chose", estime Lenglet
03:31
François Lenglet - édité par Charlotte Diry

Dans peu de temps, le 26 septembre 2021, la chancelière allemande Angela Merkel quittera le pouvoir. La raison, les élections législatives auxquelles elle ne se représentera pas. Et on est tenté de dire : tant mieux. Celle-ci s’en ira au terme de quatre mandats, soit 15 ans et dix mois au pouvoir. Presque autant que son mentor, le chancelier Helmut Kohl, qui avait lui passé de justesse la barre des 16 ans au pouvoir. Angela Merkel aura connu quatre présidents français : Chirac, Sarkozy, Hollande et Macron. 


 
Au cours de l'intégralité de tous ses mandats, le bilan de la chancelière allemande est largement surestimé. C’est à coup sûr un animal politique hors pair. En effet, celle-ci a toujours suivi l’opinion publique. Un peu comme notre Jacques Chirac. Mais elle n’a pas fait grand-chose.

Si le bilan d'Angela Merkel est surestimé, l'économie allemande a tout de même prospéré sous son règne. De 2006, lors de sa prise de fonction, à 2020, le PIB par tête a progressé de 56% outre-Rhin, selon l’OCDE. Sur la même période, le PIB d’un Français n’a pris que 43%

Les grandes décisions qu’elles a prises étaient dictées par l’urgence, voire la démagogie

François Lenglet

Mais cette surperformance allemande est en partie due à des réformes qui avaient été faites par son prédécesseur social-démocrate, Gerhardt Schroeder, dont elle a profité. Pour le reste, les grandes décisions qu’elles a prises étaient dictées par l’urgence, voire la démagogie.

À lire aussi

La décision de sortir du nucléaire, a notamment été prise brutalement après la catastrophe de Fukushima, sans concertation aucune avec les pays voisins, dans l’impréparation totale. Décision qui s’est traduite par une augmentation considérable des émissions carbone du pays, à cause des centrales à charbon qui ont compensé. 

Puis elle s’est mise dans la main de Poutine, avec le gazoduc NordStream2, inauguré ces jours-ci, qui va installer l’Allemagne sous dépendance énergétique de Moscou en lui livrant du gaz russe. Pour Poutine, c’était la partenaire idéale

On pourrait aussi évoquer la crise des migrants, où la décision unilatérale de l’Allemagne d’accueillir un million de réfugiés, syriens en grande part, en 2015, a créé un formidable appel d’air pour les candidats à l’exil qui a déstabilisé tout le continent et a également nourri le populisme en Europe. Il faut toutefois ajouter que l’intégration et la formation de ces réfugiés en Allemagne a été remarquablement rapide

Quid de sa gestion de l'Europe ?

On peut noter deux époques très différentes. Pendant 15 ans, elle est très rigoureuse sur le plan financier et monétaire, au point de mettre en péril l’économie de la zone euro. En octobre 2008 par exemple, alors que le système financier s’effondre, elle refuse de garantir les dépôts et de soutenir les banques. Ce que demandent Nicolas Sarkozy et le premier ministre britannique Gordon Brown. Elle y sera contrainte quelques heures plus tard, devant l’effondrement des banques allemandes

Au moment de la crise grecque, là encore elle refuse de soutenir le pays dans un premier temps, au nom de la défense des intérêts financiers de Berlin. Elle ne comprend pas la gravité du risque pour l’euro. Son entêtement explique en partie la crise de l’euro, en 2011-2012, avec la sous-croissance de la zone qui l’a accompagnée. 

Il faudra attendre la dernière année, pendant l’épidémie, alors qu’elle a annoncé sa retraite, pour qu’elle accepte de mutualiser le coût d’un plan de relance européen de 800 milliards d’euros. Finalement, la meilleure Merkel aura été celle qui s’en va.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/