1 min de lecture Algérie

Algérie : qui est Abdelmadjid Tebboune, le nouveau président élu ?

PORTRAIT - Ancien chef de gouvernement de Bouteflika, Abdelmadjid Tebboune, âgé de 74 ans, a été élu vendredi pour lui succéder à la tête de l'Etat algérien.

Abdelmadjid Tebboune, nouveau président de l'Algérie, le 24 novembre 2019.
Abdelmadjid Tebboune, nouveau président de l'Algérie, le 24 novembre 2019. Crédit : RYAD KRAMDI / AFP
Thomas Pierre
Thomas Pierre et AFP

Il est le nouveau visage de l'Algérie. Abdelmadjid Tebboune, 74 ans, a été élu vendredi à la tête de l'Etat algérien, après avoir recueilli 58,15% des suffrages. Déjà contesté, le nouveau président arrive au pouvoir dans un contexte de tensions dans le pays et après un scrutin marqué par une abstention record. 

Cet ancien Premier ministre d'Abdelaziz Bouteflika devance l'islamiste Abdelkader Bengrina (17,38%) puis Ali Benflis (10,55%), Azzedine Mihoubi (7,26%) et Abdelaziz Belaïd (6,66%), tous proches ou alliés de l'ancien président.

Haut fonctionnaire de carrière, plusieurs fois wali (préfet), Abdelmajid Tebboune devient pour la première fois, brièvement, ministre délégué en 1991, sous la présidence de Chadli Bendjedid. Tout juste élu président, Abdelaziz Bouteflika, le rappelle au gouvernement en 1999 où il reste jusqu'en 2002. 

Un ex-fidèle de Bouteflika

Il redevient ministre en 2012, jusqu'en 2017 lorsqu'il prend la tête du gouvernement. Il est limogé au bout de trois mois seulement après s'être attaqué aux oligarques gravitant dans l'entourage du chef de l'Etat, dont la plupart sont aujourd'hui emprisonnés dans des dossiers de corruption présumée. Il met en avant ce fait d'armes pour faire oublier son passé au service d'Abdelaziz Bouteflika.

À lire aussi
Abdelmadjid Tebboune, nouveau président de l'Algérie, le 24 novembre 2019. société
L'Algérie attend des excuses de la France pour son passé colonial

Vu comme un favori du scrutin, jusqu'à une récente campagne contre lui par des médias proches du pouvoir, Abdelmadjid Tebboune est toujours membre du Comité central du Front de libération nationale (FLN). Il s'est en revanche présenté sans l'étiquette de l'ex-parti unique et formation, très impopulaire, du président Bouteflika.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Algérie Élection présidentielle Portrait
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants