1 min de lecture Algérie

Algérie : le pouvoir tente d'étouffer la contestation politique

Cinq personnes ont été condamnées mardi 23 juin à des peines de prison ferme pour avoir participé à une manifestation interdite à Tizi Ouzou.

>
Algérie : le pouvoir tente d'étouffer la contestation politique Crédit Image : RYAD KRAMDI / AFP | Crédit Média : Christophe Decroix | Durée : | Date :
Christophe Decroix
Christophe Decroix Journaliste RTL

En Algérie, le pouvoir tente d'étouffer la contestation dans l'œuf. Le départ forcé d'Abdelaziz Bouteflika en avril 2019, n'a pas apaisé la colère de la rue, et notamment de la jeunesse, qui réclame toujours un changement total de régime. Des groupes de manifestants tentent de se rassembler malgré l'interdiction pour cause de coronavirus.

Avec l'apparition de la pandémie, les grandes manifestations du mouvement Hirak ont dû s'interrompre. Puis, en pleine crise sanitaire, le nouveau président Abdelmadjid Tebboune qui avait pourtant promis le dialogue, a fait voter une loi permettant de poursuivre les militants, mais aussi les journalistes ou les blogueurs qui osent se moquer du pouvoir.

Depuis, la justice multiplie les poursuites, dénonce Aïssa Rahmoune de la Ligue algérienne des droits de l'homme. "Depuis le début du confinement en Algérie, le régime en place profite de cette situation pour s'attaquer effectivement aux activités du Hirak : une centaine d'arrestations, des activistes du Hirak, mais aussi des militants des droits de la personne humaine".

L'une des dernières en date est Amira Bouraoui, gynécologue et mère de deux enfants, qui incarnait il y a quelques années l'opposition à un quatrième mandat de Bouteflika. Elle a été arrêtée chez elle et condamnée à un an de prison ferme. Pour certains, la situation des droits humains en Algérie est aujourd'hui pire qu'elle ne l'était du temps de Bouteflika.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Algérie Abdelaziz Bouteflika Contestation
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants