2 min de lecture Manifestations

Algérie : le "Hirak" reprend vie malgré le coronavirus et la répression

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté le 10 mai près de Tizi-Ouzou (Kabylie), malgré la pandémie de Covid-19 et alors que le président Tebboune vient de présenter son projet de réforme constitutionnelle.

Une manifestation à Bordj Bou Arreridj, le 14 février, avant l'interdiction des rassemblements en Algérie.
Une manifestation à Bordj Bou Arreridj, le 14 février, avant l'interdiction des rassemblements en Algérie. Crédit : Amal BELALLOUFI / AFP
benoit
Benoît Collet et AFP

Ce rassemblement anti-régime du 10 mai, à Tizi-Ouzou est le premier de cette ampleur à avoir lieu et à être relayé depuis la suspension du "Hirak", mouvement qui a ébranlé le pays pendant plus d'un an. Tout rassemblement est interdit depuis la mi-mars en raison de la crise sanitaire, qu'il soit politique, religieux, culturel ou sportif, épidémie oblige.


Des images diffusées sur les réseaux sociaux montrent quelques centaines de personnes en train de défiler dans la commune rurale de Tizi Gheniff, près de Tizi-Ouzou, à l'est d'Alger.

Il s'agit d'un "rassemblement de soutien aux cinq jeunes activistes convoqués au commissariat", a écrit, sans autres détails, sur sa page Facebook, le député local du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD, opposition), Mohamed Cherif Fahem, qui a pris part à la mobilisation.

Les manifestants scandaient les slogans habituels du "Hirak", à travers leurs masques : "État civil et non militaire", "Algérie libre et démocratique".

À lire aussi
Des travailleurs sans-papiers en 2010 lors d'une manifestation (illustration) manifestations
Paris : un millier de personnes manifestent pour la régularisation des sans-papiers

Depuis le début de l'épidémie début mars et l'arrêt forcé des manifestations du "Hirak", citoyens et organisations de défense des droits humains dénoncent la répression qui s'abat, malgré les risques sanitaires, contre les opposants politiques, des journalistes et médias indépendants mais aussi contre de jeunes internautes qui postent leurs opinions sur Facebook.

Stratégie du choc

"Le pouvoir profite de la crise pour intimider les gens et convoquer les activistes dans l'espoir d'avorter le "Hirak". Le pouvoir pense à sa survie et non à la survie des Algériens", a déclaré le député de l'opposition dans une vidéo également diffusée sur les réseaux sociaux.

"C'est le retour à l'ordre de fer, le même qui, dans les années 1970, imposait à toutes les Algériennes et tous les Algériens de la boucler et de filer droit", fustige le journaliste Akram Belkaïd, dans sa chronique pour le Quotidien d'Oran, journal francophone indépendant.

Cette nouvelle manifestation à Tizi-Ouzou a eu lieu quelques jours après qu'Abdelmadjid Tebboune, le successeur d'Abdelaziz Bouteflika, ait dévoilé la première mouture de ses propositions de révision constitutionnelle à travers le rapport rendu par une commission spéciale, le 7 mai dernier.

Le document comporte 73 recommandations réparties en six grands axes, dont "le renforcement de la séparation des pouvoirs", qui concerne les prérogatives du président, du chef du gouvernement et du Parlement, mais aussi le pouvoir judiciaire et la lutte contre la corruption.

Des pistes de réforme qui ne convainquent pas

Les premières réactions sont toutefois mitigées. Une plateforme de partis et d'associations liés au "Hirak", regroupés au sein du Pacte pour l'alternative démocratique (PAD), a ainsi rejeté le projet. Le PAD considère que la satisfaction des revendications "légitimes" du peuple passe par la mise en place d'"institutions de transition", dont une nouvelle Constitution, et non une révision de celle présidentialiste héritée des 20 ans de règne de Bouteflika.

L'avant-projet est "juste un gain de temps pour acquérir une certaine légitimité", renchérit Smaïl Maâref, professeur de droit à l'Université d'Alger. "Cette première mouture est principalement une continuité de l'actuelle Constitution", a quant à lui déploré l'un des membres de la commission d'experts, Fatsah Ouguergouz, ancien juge de la Cour africaine des droits de l'Homme, qui a démissionné début avril.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Manifestations Afrique Algérie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants