1 min de lecture Violence

Afrique du Sud : neuf mineurs illégaux lapidés à mort

Les corps de neuf citoyens du Lesotho qui travaillaient comme mineurs illégaux près de Johannesburg ont été retrouvés sans vie. Ils auraient été lapidés à mort par un gang rival.

Un drapeau de l'Afrique du Sud (Illustration)
Un drapeau de l'Afrique du Sud (Illustration) Crédit : AFP / Archives, GREG WOOD
Photo Quentin Marchal
Quentin Marchal
et AFP

Un fait divers sordide qui ne manque pas de faire froid dans le dos. Neuf mineurs illégaux du Lesotho ont été "lapidés à mort" ce vendredi 31 janvier dans une banlieue de Johannesburg par un groupe de mineurs rivaux, a annoncé la police qui a dénoncé un "acte barbare" au lendemain des faits.

La police "enquête" sur le meurtre de neuf ressortissants du Lesotho "impliqués dans des activités minières illégales qui ont été lapidés à mort à Matholeville (...) par des zama zamas (mineurs illégaux) originaires du Lesotho", un petit royaume pauvre et enclavé dans l'Afrique du Sud. 

Les corps des neuf victimes "ont été retrouvés dans les rues de Matholeville, tandis qu'une dixième personne a été grièvement blessée" et transportée à l'hôpital, a précisé la police dans un communiqué. "Il semble" que les violences ont éclaté entre des "groupes rivaux de mineurs illégaux qui agissent dans la zone", a expliqué samedi le porte-parole de la police, Mavela Masondo, interrogé sur la chaîne de télévision eNCA.

L'Afrique du Sud, un des pays les plus violents au monde

Les forces de sécurité sud-africaines ont immédiatement lancé une "chasse à l'homme" et la police procédait samedi à l'interrogatoire de 87 personnes. L'Afrique du Sud est considérée comme l'un des pays les plus violents au monde. Selon des statistiques officielles, plus de 21.000 personnes y ont été tuées en un an, entre avril 2018 et mars 2019, soit une moyenne de 58 meurtres par jour.

À lire aussi
Une enseigne de pharmacie (illustration) confinement
Les infos de 7h30 - Confinement : à Nancy, le plan contre les violences conjugales fait ses preuves

Entre 8.000 et 30.000 mineurs illégaux ou "zama zamas" ("ceux qui tentent leur chance" en zoulou) opèrent dans le pays, selon la Commission sud-africaine des droits humains. Ils prennent des risques énormes à creuser dans des tunnels et puits désaffectés mais ils doivent désormais faire face à un autre danger grandissant, celui des gangs, impliqués régulièrement dans des règlements de compte.

En septembre 2015, au moins 20 personnes avaient été tuées dans des violences impliquant des gangs de mineurs illégaux dans la région de Johannesburg, longtemps capitale mondiale de la production d’or. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Violence Mineurs Morts
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants