1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Afghanistan : quels sont les pays prêts à collaborer avec les Talibans ?
1 min de lecture

Afghanistan : quels sont les pays prêts à collaborer avec les Talibans ?

Alors que la prise de contrôle de Kaboul, capitale de l'Afghanistan, a suscité un vent de panique sur la scène internationale, quelques nations, dont la Chine, ne ferment pas la porte à une collaboration avec un nouveau régime.

Les Talibans
Les Talibans
Crédit : Nasim Seyamak / NurPhoto / NurPhoto via AFP
Victor Goury-Laffont & AFP

Une situation "amère" selon Angela Merkel, un "échec de la communauté internationale" selon le ministre de la Défense britannique... La prise de pouvoir des Talibans en Afghanistan a entraîné une situation de crise mondiale, alors que de nombreux pays s'attèlent à évacuer leurs ressortissants et qu'une partie des Afghans tentent à présent de fuir le pays par tout moyen.

D'autres pays réagissent cependant avec moins d'inquiétude après l'arrivée des Talibans à Kaboul, capitale afghane. La Chine, par l'intermédiaire d'une porte-parole de sa diplomatie, a rapidement exprimé son souhait d'entretenir des "relations amicales" avec les Talibans et dit respecter "le droit du peuple afghan à décider de son propre destin et de son avenir". 

Les deux pays partagent une frontière commune de 76 km. Pour l'heure, les Chinois n'ont cependant pas reconnu les Talibans comme nouveau régime légitime.

La Russie temporise

La Russie dialoguait, avant même ces dernières semaines, régulièrement avec les Talibans. Au mois de mars, une conférence sur la paix en Afghanistan avait été organisée à Moscou, avec notamment la présence de représentants talibans et d'autres du gouvernement afghan. Un responsable du ministère russe des Affaires étrangères a indiqué vouloir réunir le Conseil de sécurité de l'ONU pour faire le point sur cette situation. 

À lire aussi

Ayant reçu des garanties de la part des Talibans, la Russie a fait le choix de ne pas retirer ses représentants diplomatiques présents en Afghanistan. Pour l'instant, les Russes, comme les Chinois, ne reconnaissent pas les Talibans comme dirigeants de l'Afghanistan. Ils sont cependant ouverts à travailler avec un "gouvernement de transition" et attendront de voir comment évolue la gouvernance talibane avant de prendre une décision. L'ambassadeur à Kaboul rencontrera les Talibans ce mardi 17 août.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/