1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Afghanistan : comment la France organise l'évacuation de ses ressortissants
2 min de lecture

Afghanistan : comment la France organise l'évacuation de ses ressortissants

VU DANS LA PRESSE - Alors que les talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan ce dimanche 15 août et que l'aéroport de Kaboul est assiégé par les Afghans qui souhaitent fuir le pays, deux avions français ont été envoyés ce lundi afin de rapatrier en urgence les ressortissants.

Un avion militaire en phase atterrissage
Un avion militaire en phase atterrissage
Crédit : JOHANNES EISELE / AFP
Romain Giraud

Alors que les talibans ont conquis la capitale Kaboul ce dimanche 15 août et son palais présidentiel, de nombreux ressortissants étrangers, principalement des employés diplomatiques, cherchent à quitter l'Afghanistan le plus rapidement possible

Alors que des milliers d'Afghans se rendent aussi à l'aéroport de la ville pour tenter de fuir, la ministre des Armées, Florence Parly, annonce sur Twitter que deux avions ont quitté la France ce lundi 16 août afin de rapatrier les citoyens bloqués sur place. Cette opération, nommée Apagan, a été lancée ces dernières heures avec le décollage, d'abord dimanche puis lundi matin de deux avions, un C-130 Hercules depuis la base d'Evreux et un A400M depuis celle d'Orléans, direction la base d'Al Dhafra située aux Emirats arabes unis, qui devrait servir de point d'appui à cette mission. Ce dernier avion, blindé et capable de transporter jusqu'à 116 personnes, va atteindre Kaboul en 3h30, ajoute BFMTV.

La première rotation organisée par la France, entre Kaboul et les Emirats, est prévue dans les heures à venir, c'est ce qu'a annoncé Florence Parly à Franceinfo ce lundi matin : "Nous planifions de faire la première rotation d'ici la fin de ce lundi, précisant qu'il y avait plusieurs dizaines de Français à évacuer, ainsi que des personnes qui sont sous notre protection."

"Nous avons organisé sur la base dont nous disposons aux Emirats arabes unis les conditions d'accueil des premiers évacués, qu'il s'agisse de ressortissants français qui seraient encore à Kaboul, mais qu'il s'agisse aussi des personnes qui sont sous notre protection et que nous allons évacuer", a-t-elle affirmé. Sur BFM TV, le colonel Michel, commandant de la base aérienne 123 d’Orléans Bricy, affirme que cette opération a "été préparée depuis plusieurs jours". "Il y avait plusieurs options évoquées, et le scénario final a été confirmé il y a quelques heures", a-t-il souligné. 

Des conditions d'accès difficiles

À lire aussi

Florence Parly a aussi précisé que la priorité française était d'"évacuer ses ressortissants, évacuer les personnels qui ont rendu d'éminents services à notre pays en nous aidant au quotidien, et par ailleurs faire le maximum pour mettre en protection des personnalités qui ont défendu les droits, les Droits de l'Homme, des journalistes, des artistes, tous ceux qui sont engagés pour ces valeurs que nous continuons de défendre partout dans le monde."

Toujours sur BFMTV, la Française Victoria Fontan, vice-présidente de l’université américaine en Afghanistan, a souligné que la situation sur place est en train de se dégrader rapidement et que la difficulté sera pour elle de rejoindre l'aéroport : "L'avion est là, j’ai jusqu’à ce soir pour arriver à l’endroit où les Français sont rassemblés, mais ma compagnie de sécurité n’ose pas s’aventurer dehors, ils ne veulent pas ressortir. L’un de mes profs vacataires dont le grand-père est un grand chef religieux et politique, va essayer de m'amener lui-même ou à l’ambassade ou au point de ralliement, c’est ma seule option vue qu’il n’y a pas d’hélicoptères", a-t-elle expliqué. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/