1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Afghanistan : "Macron doit tendre la main à ceux qui ont aidé notre pays", plaide Me Ory
1 min de lecture

Afghanistan : "Macron doit tendre la main à ceux qui ont aidé notre pays", plaide Me Ory

INVITÉ RTL - Selon l'avocat Antoine Ory, une centaine d'Afghans ayant travaillé avec l'armée française seraient toujours bloqués à Kaboul, gravement menacés par les Talibans.

 Des Afghans qui ont servi comme traducteurs d'auxiliaires de l'armée française en Afghanistan manifestent le 9 septembre 2018 devant les bureaux du ministre de l'Armée française pour demander des visas et une protection (image d'illustration).
Des Afghans qui ont servi comme traducteurs d'auxiliaires de l'armée française en Afghanistan manifestent le 9 septembre 2018 devant les bureaux du ministre de l'Armée française pour demander des visas et une protection (image d'illustration).
Crédit : Philippe LOPEZ / AFP
Maître Antoine Ory était l'invité de RTL
07:10
Maître Antoine Ory était l'invité de RTL
07:10
Amandine Bégot - édité par Florine Boukhelifa

La situation continue de se dégrader en Afghanistan, où les Talibans ont investi Kaboul, la capitale, dimanche 15 août. De nombreux Afghans craignent plus que jamais pour leur vie, notamment ceux qui ont collaboré avec l'armée française et le gouvernement. Ces derniers appellent la France à leur venir en aide et sont notamment soutenus par l'association des interprètes et auxiliaires afghans de l'armée française.

Selon maître Antoine Ory, membre du collectif d'avocats de cette association, "Emmanuel Macron doit tendre la main à ces personnes qui ont aidé notre pays", alors que ces dernières constituent "des cibles de choix, toutes désignées, par les Talibans pour assoir leur autorité". "Ils ont extrêmement peur et craignent vraiment pour leur vie", explique-t-il.

Au total, la France a employé 800 Afghans en tant qu'interprètes et auxiliaires. Si 300 d'entre eux ont pu rentrer par la voie diplomatique ou juridique, "approximativement une centaine de personnes sont encore à Kaboul", estime l'avocat.

Après des années de batailles juridiques avec l'armée française et le tribunal administratif, Antoine Ory espère que l'allocution d'Emmanuel Macron, prévue lundi à 20 heures, permettra de débloquer la situation de ceux dont "la France n'a pas hésité à se servir". Il réclame notamment que ces Afghans soient rapatriés et protégés, tandis que les laisser dans leur pays "les vouerait à une mort certaine".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/