1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Affaire Yves Dandonneau : un crime presque parfait derrière un simple accident de la route
2 min de lecture

Affaire Yves Dandonneau : un crime presque parfait derrière un simple accident de la route

En 1987, un homme perd la vie suite à un accident de la route dans l'Hérault. Un banal accident à première vue, qui va finalement prendre un tout autre tournant.

Croquis d'audience réalisé lors de l'ouverture du procès d'Yves Dandonneau, le représentant en haut à droite avec ses complices
Croquis d'audience réalisé lors de l'ouverture du procès d'Yves Dandonneau, le représentant en haut à droite avec ses complices
Crédit : ANDRE DURAND / AFP
L'INTÉGRALE - L'affaire Yves Dandonneau
00:38:05
L'ENQUÊTE - L'affaire Yves Dandonneau
00:14:12
Jean-Alphonse Richard & Alexis Kergus

Le dimanche 7 juin 1987, aux alentours de 1h30 du matin, un homme affolé tambourine à la porte de la première maison venue dans le village paisiblement endormi de Ceilhes-et-Rocazel, à la frontière de l'Hérault et de l'Aveyron. L'homme n'est pas du coin. Il demande qu'on appelle les secours. Il a eu un accident de voiture sur la route la plus proche. 

Il raconte que le passager qui se trouvait avec lui a été assommé dans le choc. Il n'a pas pu l'extraire du véhicule qui perd de l'essence et qui risque de s'embraser. Les pompiers du village se rendent avec l'automobiliste jusque sur le lieu de l'accident, mais il est trop tard…

Le conducteur semble désespéré. Il se nomme Daniel Blouard, il est chef infirmier dans une clinique de Sarcelles, en région parisienne. L'homme qui voyageait avec lui est un très bon ami. Un certain Yves Dandonneau. Blouard murmure que son ami Yves laisse derrière lui une compagne et un enfant, famille qu'il va falloir prévenir. Les gendarmes concluent à un accident.

Un accident qui va prendre une autre tournure

Le défunt, né en 1946, avait 41 ans, un fils de gendarme élevé à la dure et qui a beaucoup roulé sa bosse. Il semble avoir fait mille métiers après avoir raté le concours de l'école des gardiens de la paix. Ferronnier, dessinateur pour la police, courtier, il a divorcé deux fois et les finances de son couple actuel ne sont pas au beau fixe...
 

Courant août 1987, l'expert d'une compagnie d'assurance tique sur le contrat signé, trois mois avant sa mort, par Yves Dandonneau. Celui-ci prévoit un doublement de prime en cas d'accident de la route. Qui plus est, cette assurance-vie est au bénéfice exclusif de sa compagne, Marie-Thérèse Herault, bien que la victime ait eu cinq enfants de ses deux premiers mariages. 

La compagnie doit donc débourser 2,2 millions de francs, environ 600.000 euros, au profit de la compagne. L'expert relève encore que Dandonneau a souscrit à la même époque d'autres contrats identiques auprès d'autres compagnies. On va en dénombrer pas moins de huit au total. Il y en a pour presque 4 millions d'euros...

Découvrez l'épisode "Les voix du crime" sur cette affaire.

À écouter

DÉCOUVERTE - Les Voix du crime - Affaire Dandonneau : comment un accident devient le crime presque parfait
00:28:04

"Les invités de "L'Heure du crime"

- Michel Mary, journaliste au nouveau Détective
- Maitre Martine Figueroa, avocate de Yves Dandonneau
- Maitre Gérard Christol, avocat des parties civiles

L'équipe de l'émission vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/