1 min de lecture Empoisonnement

Affaire Navalny : l'opposant souffrait d'une "pancréatite", assure la police russe

La police russe a une nouvelle fois rejeté l'hypothèse d'un empoisonnement, assurant que Navalny avait souffert d'une pancréatite.

Le principal opposant à Vladimir Poutine, Alexeï Navalny, le 24 février 2014 à Moscou.
Le principal opposant à Vladimir Poutine, Alexeï Navalny, le 24 février 2014 à Moscou. Crédit : AFP / VASILY MAXIMOV
Maeliss
Maeliss Innocenti et AFP

Alexeï Navalny, principal opposant au Kremlin, a été hospitalisé un mois après avoir fait un malaise lors d'un vol en Sibérie le 20 août dernier. Il a dû être plongé dans un coma artificiel. Pris en charge en Allemagne, il a pu quitter l'hôpital le 22 septembre. La police russe a affirmé ce vendredi 6 novembre qu'il souffrait d'une "pancréatite", rejetant une nouvelle fois l'hypothèse d'un empoisonnement.

"Le diagnostic final a été posé par les médecins en tenant compte de plusieurs études chimiques et toxicologiques : dérèglement du métabolisme glucidique ; pancréatite chronique avec altération" de certaines fonctions, a déclaré l'antenne sibérienne de la police des transports russe, chargée de l'affaire.

Selon trois laboratoires européens, dont les conclusions ont été confirmées par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), Alexeï Navalny aurait été empoisonné par un agent neurotoxique du groupe Novitchok, une substance conçue à l'époque soviétique.

Navalny a accusé Poutine

L'opposant, toujours en convalescence en Allemagnea accusé le président russe Vladimir Poutine d'être derrière son empoisonnement, une mise en cause réfutée par Moscou.

À lire aussi
Russie
Russie : des milliers de manifestants demandent la libération d'Alexeï Navalny

Au gré des versions, les autorités russes ont rejeté tout empoisonnement ou alors accusé tantôt les services secrets occidentaux, les proches d'Alexeï Navalny ou l'opposant lui-même de s'être infligé ça tout seul.

Le directeur du service de renseignement extérieur russe (SVR) Sergueï Narychkine a soutenu que la mort de l'opposant aurait fait de lui une "victime sacrificielle" utile aux Occidentaux pour "relancer le mouvement de protestation en Russie".

"C'est très triste de voir ce qu'est devenu le renseignement russe", a réagi Alexeï Navalny sur Facebook, traitant Narychkine "d'imbécile".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Empoisonnement Vladimir Poutine Russie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants