1. Accueil
  2. Actu
  3. Food
  4. Les eaux de luxe, vrais breuvages bienfaiteurs ou arnaques ?
3 min de lecture

Les eaux de luxe, vrais breuvages bienfaiteurs ou arnaques ?

"Libération" s'est intéressé à ces breuvages qui promettent monts et merveilles et se vendent très cher.

Flacons en verre vides
Flacons en verre vides
Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
La Revue de Presse du 19 mai 2021
03:32
Isabelle Choquet
Isabelle Choquet
Animateur

C'est Libération qui s'intéresse à ces boissons qui vous promettent la lune et qui se vendent à un prix astronomique. Il y a l’eau "des nuages", ou l’eau de mer puisée à plus de 300 mètres de la surface ou encore l’eau d’icebergs issue de la fonte des glaciers dans l'Atlantique Nord. Avant on les trouvait dans les recoins des épiceries bio, maintenant elles s'encanaillent en grande surface. 

Mais attention, on ne les trouve pas avec le petit peuple des bouteilles plastiques, non. Elles trônent sur des présentoirs à part, vendues dans des bouteilles en verre façon "grand cru" ou flacon de parfum… jusqu’à dix fois plus cher que les eaux classiques. 

Des breuvages premium pour une clientèle d'exception, attirée par la promesse de la pureté. Mais qu'est-ce qu'une eau pure ? "La définition est volontairement floue, répond Agathe Euzen, chercheuse au CNRS. Au sens chimique, une eau pure est une eau déminéralisée, donc impropre à la consommation. Ou alors on parle de la transparence, l’absence de goût, la neutralité. Mais dans tous les cas, il n’y a pas de pureté véritable".  

Vendre de l'inaccessible, de l'inatteignable

Si ça n'existe pas, on peut toujours faire comme si. En revendiquant des origines qui fleurent bon la nature vierge et la blancheur immaculée, on vous vend de l'inaccessible, de l'inatteignable

À lire aussi

Voilà par exemple ce qu'on peut lire sur le site du revendeur Eaux du monde : "d’une extrême pureté car elle n’atteint jamais le sol, Breeze provient des brumes atlantiques qui couvrent les cimes des montagnes des Canaries, captées goutte à goutte". Beaucoup de poésie, un petit habillage scientifique : cela s'appelle du marketing, vous me direz toutes les marques font ça... 

Un "attrape-nigaud"

Il y a celles qui vous promettent "plus de minéraux", ou au contraire qui se disent "faiblement minéralisées", tellement douces qu'elles ne viendront pas contrarier le goût de votre repas gastronomique : des eaux censées faire du bien.

"Attrape-nigaud !" dit Bernard Legube, spécialiste en physico-chimie des eaux... "Elles peuvent afficher des teneurs en minéraux légèrement différentes mais rien qui change la donne. En tout cas, il est impossible que ces eaux présentent des minéraux que l’on ne trouverait pas ailleurs".

Odeep par exemple est une eau puisée à 300 mètres de profondeur dans la Méditerranée et mise en bouteille à bord d’un bateau-usine. Elle est vendue un peu plus de 3 euros le litre et elle vous promet des "éléments marins régénérants".

L'UFC a testé, résultat : très peu de minéraux, et même moins de magnésium que l'eau du robinet. Bref l'intérêt, c'est surtout le très joli flacon, taillée sur mesure pour les grands hôtels et restaurants.

Et sur le plan écologique ?

Le transport des eaux de glaciers sur des milliers de kilomètres a un certain coût énergétique. Au Canada, des "chasseurs" tirent au fusil sur des icebergs afin d’en extraire l’eau après avoir broyé la glace. Le précieux breuvage est ensuite revendu à 11 euros la bouteille. 

Dans le même genre, la marque Cloud Juice vend de l’eau des nuages de Tasmanie au large de l’Australie, à 15.000 kilomètres d'ici. Bonjour l'empreinte carbone, pour la pureté, on repassera... 

Et puis si vous pensez que la bouteille en verre, c'est mieux que le plastique, vous pouvez oublier.  Une étude a montré que "du berceau à la tombe" comme on dit, c'est-à-dire de l’extraction des matières premières jusqu'à la poubelle, ce sont les bouteilles en verre qui polluent le plus, déjà parce qu'elles sont plus lourdes. 

En fin de compte, l’eau la moins chère et la plus respectueuse de l’environnement, c'est tout simplement l'eau du robinet. Château la pompe, comme on dit... 

Les eaux de luxe, l'amer à boire... Article très instructif à retrouver sur le site de Libération.  

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/