3 min de lecture Écologie

Var : des boudins de cheveux pour prévenir de la pollution maritime

REPORTAGE - Thierry Gras, un coiffeur qui exerce à Saint-Zacharie dans le Var, a eu l'idée de récolter les cheveux de ses clients pour en faire des boudins anti-pollution.

Micro générique Switch 245x300 Vous êtes comme ça La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Var : des boudins de cheveux pour prévenir de la pollution maritime Crédit Image : Hugo Amelin/RTL | Crédit Média : RTL | Date : La page de l'émission
Générique 1
Hugo Amelin édité par Maeliss Innocenti

Direction la Côte-d’Azur à la rencontre d’un coiffeur en lutte contre la pollution maritime. Thierry Gras, avec son association "les coiffeurs justes", vient d’inventer un barrage anti-pollution grâce à nos cheveux coupés. Il faut savoir que nos cheveux sont particulièrement "lipophiles", c’est-à-dire qu’ils retiennent les matières grasses et notamment les nappes d’hydrocarbures. Ça intéresse les villes portuaires mais aussi fluviales.
 
C'est dans le salon familial, situé à Saint-Zacharie dans le Var, que Thierry a eu son idée révolutionnaire. "Ça faisait 30 ans qu’on me posait la question 'qu'est-ce que vous faites de vos cheveux ?'. On ne disait rien, on les jetait. Alors qu'il y a des applications énormes et géniales. Un kilo de cheveux absorbe 8 litres d'hydrocarbures. Il est hydrophile, donc il retient l'eau. Il est imputrescible donc il ne pourrit pas. Il est solide : un cheveu tient 100 grammes. Un des gros avantages, c'est que ça peut être lavé et réutilisé."

Thierry a donc démocratisé la collecte de cheveux. Il a convaincu 3.700 salons en France ces derniers mois. Et avec ces tonnes de bouclettes, il fait des boudins d'un mètre de long et sept centimètres de diamètre pour absorber la pollution d’huile, d’essence, qui flotte en surface, dans les ports mais aussi les rivières et les fleuves.

Des boudins très simples à fabriquer

"On prend des collants usagés, on met des cheveux dedans, et le boudin est prêt. C'est réalisable par tout le monde, c'est très facile à faire. Après l'idée c'est que les gens ne renvoient pas les cheveux jusque chez nous. C'est que les cheveux de Lyon dépolluent Lyon, que les cheveux de Marseille dépolluent Marseille et que les cheveux de Paris dépolluent Paris."

Thierry Gras, à l'initiative du projet des boudins de cheveux anti-pollution.
Thierry Gras, à l'initiative du projet des boudins de cheveux anti-pollution.

Thierry voit des boudins partout ! Surtout depuis que des villes comme Bordeaux et Strasbourg s’intéressent à son concept, même si ses clients ne sont pas tous au courant. Ces boudins recyclables favorisent aussi l’économie circulaire.

À lire aussi
Proposition de loi : réduire l'empreinte environnementale du numérique en France France
D'où vient l'empreinte environnementale du numérique en France ?

"On s'est rapprochés des centres d'aide par le travail, des centres de réinsertion, pour pouvoir les faire. Et eux sont très intéressés parce que ces gens-là, qui sont souvent en rupture sociale, ont l'impression de contribuer à la vie de la cité. C'est valorisant pour eux."

Le port de Cavalaire-sur-Mer teste le procédé

Un procédé qui n’est finalement pas nouveau, déjà mis en place lors de marées noires comme celle de l’Amoko Cadiz en 1978. Mais là c’est la première fois qu’il est testé de manière préventive.
 
Illustration concrète au port de Cavalaire-sur-Mer, juste à côté de Saint-Tropez. 1.500 plaisanciers passent ici chaque année. Ça génère de la pollution forcément, et c’est donc dans ce port que sont testés les boudins anti-pollution de Thierry. C'est le port pilote. Un container réceptionne les colis de cheveux. Il y en a qui viennent de Suisse.

Cyril Grimal est le directeur adjoint. Lorsque Thierry Gras lui a proposé son idée, assez originale, il ne l’a pas pris pour un fou. "Il m'a tout de suite convaincu. Il est très motivé. Ce sont des supers idées et puis son association a quand même récolté déjà 40 tonnes de cheveux !"

Des boudins autour des bateaux, dans les cales moteur des navires, aux entrées du port aussi pour stopper les ruissèlements de pluie chargée d’hydrocarbures ramassés sur la route. L’impact réel sur la pollution est mesuré par Eco Science Provence. L’objectif est d’avoir des résultats précis pour l’été prochain, pour l’arrivée des bateaux de plaisance et ainsi disséminer ce nouveau type de barrages écolo partout sur la Côte-d'Azur. Tout ça grâce à vos cheveux.  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Écologie Environnement Var
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants