2 min de lecture Écologie

Glyphosate : trois ans après, la promesse de l'interdire n'est pas complètement tenue

ÉCLAIRAGE - Il y a trois ans jour pour jour, Emmanuel Macron avait promis l'interdiction cette année du glyphosate. Aujourd'hui, cette promesse n'a été que partiellement tenue.

Yves Calvi_ RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Glyphosate : trois ans après, la promesse de l'interdire partiellement tenue Crédit Image : PABLO AHARONIAN / AFP | Crédit Média : Virginie Garin | Durée : | Date : La page de l'émission
Virgine Garin
Virginie Garin édité par Paul Turban

C'était il y a tout juste trois ans, le 27 novembre 2017. Depuis un avion qui l'emmenait en voyage officiel en Afrique, Emmanuel Macron annonçait dans un tweet l'interdiction "au plus tard dans 3 ans" du glyphosate, le principal désherbant utilisé par les agriculteurs, mais nocif pour l'environnement. Trois plus tard, le glyphosate n'est pas interdit complétement. 

Ce n'est toujours pas possible, en tout cas, ce n'est pas tenable sur le plan financier pour la plupart des agriculteurs. Le glyphosate est un désherbant, le plus efficace et le moins cher. L'ANSES, l'agence de sécurité sanitaire, a fait l'inventaire des solutions pour le remplacer. Selon elle, c'est possible pour l'instant dans la moitié des cas seulement

Les producteurs de blé, de maïs, de grandes cultures pourront s'en passer, en ressortant le tracteur. Eux utilisaient le désherbant entre deux cultures pour nettoyer les champs. À la place, dès l'an prochain, ils vont devoir labourer plus souvent. Ça coûte un peu plus cher. 

Toujours autorisé, mais des doses réduites

En revanche, il y en a qui pratiquent ce qu'on appelle la conservation des sols. C'est une minorité d'agriculteurs pour l'instant mais c'est une technique qui justement refuse le labour. Ils disent que ça abîme le sol, que ça tue les vers de terre. Pour lutter contre les mauvaises herbes, ils ont besoin d'un peu de glyphosate : eux pourront continuer le temps de trouver une meilleure solution.

À lire aussi
France
D'où vient l'empreinte environnementale du numérique en France ?

Les arboriculteurs et les viticulteurs vont devoir réduire les doses, mais pas le supprimer complètement. Le producteur de pommes par exemple devra désherber entre les arbres à la machine, le glyphosate sera interdit, mais pas sous les arbres et pareil pour le vigneron, juste au pied de la vigne, le glyphosate restera autorisé, car à la machine, ça abîme les racines... Ou alors il faut le faire à la main. Certains bio le font mais il faut embaucher. Ça coûte plus cher. 

Vers une interdiction européenne ?

Les agriculteurs français parlent de concurrence déloyale car leurs concurrents européens peuvent encore utiliser le glyphosate. En fait, même si la promesse faite il y a 3 ans du Président n'a pas été complètement tenue, il faut le dire, la France est quand même avec le Luxembourg, le pays qui aura le plus réduit l'usage du glyphosate. 

Le désherbant, est toujours homologué partout en Europe pour 2 ans encore. Emmanuel Macron va donc demander son interdiction. Cette fois l'Allemagne et l'Espagne pourraient l'appuyer et faire accepter les mêmes règles pour tous. Ce serait plus simple pour nos agriculteurs. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Écologie Agriculture Glyphosate
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants