3 min de lecture Évolution

Environnement : l'évologie, quand l'activité humaine fait apparaître des espèces

Pour survivre à l'activité humaine, certaines espèces évoluent génétiquement. Un phénomène étudié par l'évologie.

Isabelle Choquet La Revue de Presse Isabelle Choquet iTunes RSS
>
Environnement : l'évologie, quand l'activité humaine fait apparaître des espèces Crédit Image : JENS KALAENE / DPA-ZENTRALBILD / DPA PICTURE-ALLIANCE VIA AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Isabelle Choquet
Isabelle Choquet édité par Florine Boukhelifa

Les Hommes sont généralement mis en cause lorsqu'une espèce est en voie de disparition ou d'extinction de masse. Pourtant, dans son numéro de décembre 2020, Sciences et Avenir explique que l'activité humaine fait aussi apparaître de nouvelles espèces. Un phénomène étudié par l'évologie, contraction des mots "évolution" et "écologie". 
 
Le milan des marais des Everglades, en Floride, est un parfait exemple. Cette espèce se nourrissait presque exclusivement avec un mollusque d’eau douce vieux de deux millions d’années. Cependant, le drainage des canaux et la pollution ont peu à peu restreint le garde-manger. L’inquiétude est même montée d’un cran en 2007 avec l’invasion d’escargots géants d’eau douce, relâchés dans la nature par des vendeurs d’animaux tropicaux.

Ce sont des envahisseurs increvables. Ils résistent à l’assèchement, aux inondations et aux produits chimiques. Surtout, ils sont deux à cinq fois plus gros que les escargots du coin, et leur coquille peut atteindre 15 centimètres de diamètre. Au début, les jeunes milans ne parviennent pas à attraper ces grosses bestioles, leur bec est trop petit. Alors que les observateurs prédisaient la fin du milan des marais, l'inverse s'est produit.

Évoluer génétiquement pour pouvoir survivre

Partout où l’escargot exotique prospère, les populations de milans augmentent. Les chercheurs pensent d'abord que les jeunes rapaces ont appris à se débrouiller avec des proies plus costauds. Puis, l'un d'eux suggère que les milans se sont peut-être adaptés, avec de plus gros becs. Après onze ans d'analyse de données morphologiques, les chiffres lui donnent raison. 

Les oisillons grandissent et grossissent plus vite chaque année, surtout du bec, "jusqu’à 2 mm de plus, soit une augmentation de 9 %."  Les chercheurs soupçonnent une modification génétique, un vrai changement évolutif sur le long terme. Une réponse aux invasions à un rythme beaucoup plus rapide que d'habitude.

Cependant, prouver une évolution n'est pas si simple. Pour en avoir le cœur net, un biologiste du Texas a introduit en 1995 le lézard brun cubain dans de petites îles où le lézard vert coulait des jours tranquilles. La rencontre est stressante. Les lézards bruns sont redoutables, ils envahissent, ils dévorent. Les lézards verts en sont réduits à se percher plus haut dans les arbres. Plus haut, les branches sont plus minces, elles ploient. Pourtant, ils échappent à la dégringolade.

À lire aussi
huîtres
Une microalgue toxique pour l'homme l'est aussi pour les huîtres et poissons

En 20 générations seulement, soit quatorze ans, ils ont développé des doigts plus longs et des coussinets collants plus larges. À titre de comparaison, si la taille de l’être humain évoluait aussi vite, elle passerait d’1,80 m à 2 mètres en cinq cents ans. "Comme quoi, conclut le biologiste, l’évolution peut être observée en quelques générations lorsque la survie et la reproduction en dépendent".

Des évolutions rapides et parfois très surprenantes

Autre pression de l'activité humaine : le changement climatique. Là aussi, les animaux s'adaptent. Avec la fonte des neiges, la chouette hulotte de Finlande qui est généralement grise est de plus en plus souvent brune. Le phénomène s’est accéléré au cours des vingt-huit dernières années. Or, la coloration des chouettes est complètement héréditaire. Il s'agit donc d'une réponse génétique au changement climatique. C'est une première chez des animaux vertébrés.

Dans la foulée, des études ont été faites chez les saumons roses d’Alaska. Résultat : on constate que les migrateurs précoces prennent le pas sur les migrateurs tardifs. Évidemment, fuir le plus tôt possible la chaleur des eaux est devenu vital.

L’exemple le plus frappant est l’apparition, en Espagne et en Allemagne, de "super-souris". Elles sont devenues résistantes à la warfarine, un anticoagulant censé réduire leurs boyaux en bouillie. Quelques rongeurs d’Europe ont réussi à s’accoupler avec des cousins lointains venus d’Algérie et naturellement immunisés. Et ça c'est un choc ! Parce que normalement, deux espèces génétiquement "déconnectées" depuis 1,5 million d’années ne devraient plus pouvoir se reproduire.
 
Cette découverte interroge la notion même d'espèce. "L’évolution s’accélère tellement qu’elle bouleverse nos expérimentations et nos certitudes, résume un écologue. Le 'graal' aujourd’hui, c’est l’évologie."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Évolution Animaux Environnement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants