1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Indispensable pour les actifs, le distributeur automatique a une très longue histoire
3 min de lecture

Indispensable pour les actifs, le distributeur automatique a une très longue histoire

Les distributeur automatiques, que l'on trouve aujourd'hui partout dans le métro, dans les magasins, dans la rue ou même en entreprises, existent depuis 2000 ans.

Les distributeurs automatiques existent depuis 2000 ans !
Les distributeurs automatiques existent depuis 2000 ans !
Crédit : JEAN AYISSI/AFP
Indispensable pour les actifs, le distributeur automatique a une très longue histoire
02:59
Indispensable pour les actifs, le distributeur automatique a une très longue histoire
02:59
Isabelle Choquet - édité par Maeliss Innocenti

Saviez-vous que les machines à café et les distributeurs de friandises existent depuis 2000 ans ? Le site Slate consacre un grand article à ces robots du quotidien. La première version connue du distributeur automatique proposait quelque chose de très simple mais absolument essentiel : de l'eau. De l'eau sacrée plus précisément. 

L'appareil a été inventé par Héron d'Alexandrie au Ier siècle dans l'Égypte romaine. Les fidèles qui venaient au temple prenaient plus d'eau qu'ils n'en avaient besoin. On leur a donc fait payer. Quand on insérait une pièce, elle roulait sur un plateau et appuyait sur un levier qui laissait couler une certaine quantité d'eau. Lorsque la pièce tombait, la valve se refermait et c'était à la personne suivante.

Le concept n'a pas cessé d'évoluer depuis. En 1822, un Anglais invente un distributeur de journaux qui vend des livres interdits. Puis on voit apparaître une version pour cartes postales. Gros succès dans les gares de Londres. Les Américains s'y mettent en 1888 avec une machine à vendre des chewing-gums tutti frutti. Et à partir de là tout y passe : les bonbons, les timbres, les cacahuètes, les boissons...

Des machines faciles à duper... au début

Et c'est là qu'apparaît un problème qu'on n'avait pas vu venir : la resquille... "Dès les débuts, le public a considéré ces vendeurs dénués sans parole comme des jeux auxquels il fallait gagner", voilà ce qu'écrit Kerry Segrave, auteur d'un livre sur le sujet. Et c'est vrai : chez un commerçant, on paye sans se poser de question. 

À lire aussi

Là, face à une boîte en fer aux allures de bandit manchot, on devient joueur. On essaye de carotter. On profite honteusement de la faiblesse de la machine, incapable de faire la différence entre une pièce de monnaie et un bouton de culotte. Une petite revanche aussi pour toutes les fois où c'est la machine qui nous gruge : qui n'a jamais connu le paquet de chips coincé et qu'on essaie de faire tomber à grand coups de latte dans la bécane ?

Tout ça n'a pas duré. La technologie a permis assez rapidement de détecter les fausses pièces. On a vu apparaître ensuite le paiement par billets de banque. Et puis des machines proposant plusieurs produits différents. Et finalement, le graal : du café chaud... Notre bonne vieille machine à café, point de rendez-vous incontournable en entreprise.

Un business qui pèse 30 milliards de dollars

Aujourd'hui les distributeurs automatiques représentent une industrie de 30 milliards de dollars. Et ils proposent bien plus que des barres chocolatées ou des expressos. En Chine, par exemple, il y a des distributeurs de crabes vivants. À Singapour, on peut s'offrir une voiture de luxe. Et un peu partout aux États-Unis, les distributeurs Art-o-mat distribuent des œuvres d'art. Les bécanes se sont aussi mises à la cuisine. Distributeurs de frites, de pizzas... Ce n'est pas de la gastronomie mais quand on est servi en 90 secondes, on ne peut pas faire le difficile.

C'est d'ailleurs ça, le secret des distributeurs : on est servi tout de suite, n'importe où et n'importe quand. C'est le plaisir de la gratification immédiate. Partant de là, un médecin a inventé un distributeur d'un nouveau genre : il délivre instantanément des pommes ou de l'eau. Mais si vous voulez des chips ou des bonbons, il vous fait poireauter 25 secondes. Et c'est long, 25 secondes. Résultat : une augmentation de 5% des achats de produits sains.

Seul bémol dans cette success story : quel que soit le produit acheté, on n'oublie pas d'où il vient. Le crabe sera toujours un crabe de distributeur, la voiture, une voiture de distributeur et ainsi de suite. "Les distributeurs, 2.000 ans de fraudes et de plaisirs instantanés" : à lire sur le site Slate.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/