2 min de lecture Entreprises

VegePlast, producteur de plastic bio, recherche des investisseurs

REPORTAGE - VegePlast est une entreprise française qui produit du plastique biodégradable pour les objets du quotidien. Son créateur, Vincent Pluquet, salue un intérêt croissant mais déplore le manque d'investisseurs en France.

Micro générique Switch 245x300 Vous êtes comme ça La rédaction de RTL iTunes RSS
>
VegePlast, producteur de plastic bio, recherche des investisseurs Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Patrick Tejero édité par Florise Vaubien

Le président Macron reçoit 200 patrons étrangers à Versailles, lundi 20 janvier, pour les inciter à investir en France. La France est redevenue, la semaine passée, le pays le plus attractif pour les investisseurs en Europe. Les étrangers saluent notre savoir-faire et la qualité de nos chercheurs comme de nos PME. 

Parmi ces entreprises innovantes à la recherche d’investisseurs, VegePlast, une PME installée près de Tarbes, produit du plastique biodégradable à base de céréales, pour les objets du quotidien.

Vincent Pluquet, le créateur de l'entreprise, s'est lancé il y a 17 ans avec l'idée toute simple de diversifier les productions des coopératives : "On a démarré un peu trop tôt. Il y 17 ans, on parlait peu de plastique biodégradable, aujourd’hui, ça commence sérieusement à se développer", explique-t-il. "Depuis 17 ans, on a beaucoup travaillé sans avoir explosé notre chiffre d'affaires. Aujourd’hui, on est prêt pour qu’il explose".

Développer les filières de recyclage

Dans cette entreprise innovante, l'atelier des matières premières, le "VegeMat", produit des crochets à vignes, des bougeoirs ou encore des emballages alimentaires. Margot Chauvet, ingénieure en recherche et développement, encourage la création de "filières de recyclages adaptées" en France "pour limiter la pollution plastique" et estime que ce sont les jeunes qui "feront bouger les choses"

À lire aussi
Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire, a assuré que la réforme des retraites était "la priorité absolue" de la fin de quinquennat. commerce
Entreprises fermées : le plafond d'indemnisation passe à 200.000 euros par mois

Maxime Bernatat, responsable industriel et ingénieur explique, quant à lui, que "tout le monde doit s’y mettre pour que cela devienne la norme". "Quand on voit l’état des océans, c’est une catastrophe !", regrette-t-il. "On ne sauve pas le monde mais on y contribue à notre manière". 

Cette PME fabrique à partir de végétaux des produits qui peuvent être recyclés après usage comme engrais pour l’agriculture, par exemple la capsule à café biodégradable, "qui se dégrade en six semaines en composte pour les agriculteurs". 

Un manque d'investissements en France et en Europe

Vincent Pluquet recherche des investisseurs et regrette qu’en Europe, on ne soit pas plus conscient de ce basculement technologique alors que la France a "les plus grands chercheurs". "En Californie, le marché du biodégradable explose et la Chine s’y met aussi sérieusement", explique-t-il, avant de déplorer un manque de moyens. "Pour suivre la demande, il faut avoir les moyens d’investir : on n’est une petite PME, si on était dans un grand groupe, ce serait très facile de suivre ce mouvement".


Le créateur de l'entreprise reconnaît les limites de son activité, malgré une volonté de financer des projets et de recruter : "On a financé une thèse pour transformer du gras de canard en biopolymère, mais on ne peut pas tout financer, car on reste une PME, on attend de gagner de l’argent avec nos activités actuelles". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Entreprises Société Environnement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants