1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Vaccins anti-Covid : quand Big Pharma se fait doubler par des start-ups
2 min de lecture

Vaccins anti-Covid : quand Big Pharma se fait doubler par des start-ups

ÉDITO - BioNtech comme Moderna, qui ont mis au point un vaccin contre le coronavirus, ne font pas partie du réseau des grands groupes pharmaceutiques.

Un vaccin contre la maladie du coronavirus (illustration)
Un vaccin contre la maladie du coronavirus (illustration)
Crédit : JOEL SAGET / AFP
Les pionniers du vaccin dament le pion aux géants de la pharmacie
03:30
Les pionniers du vaccin dament le pion aux géants de la pharmacie
03:30
François Lenglet - édité par Maeliss Innocenti

L'Europe a approuvé mercredi 6 janvier le vaccin contre le coronavirus de la société Moderna. Le second à être autorisé chez nous, avec celui de BioNtech. Dans les deux cas, ce sont des vaccins qui utilisent une technique révolutionnaire qui semble très efficace : celle de l'ARN Messager. Dans les deux cas, le produit provient de sociétés inconnues jusque-là. Des start-ups. Le troisième vaccin, qui devrait être homologué, est lui aussi le fruit de scientifiques qui travaillent hors des grandes multinationales pharmaceutiques. Ils viennent de l'université britannique d'Oxford. En fait, pour les trois vaccins les plus avancés contre le coronavirus, "Big Pharma" se fait mettre une raclée par les start-ups : 3-0.

Mais qui sont ces nouvelles sociétés ? BioNtech est a été créée par deux universitaires de haut vol à Mayence, en Allemagne, deux immigrés turcs, brillants scientifiques. Ils ont utilisé la découverte d'une biochimiste hongroise et ont réussi à convaincre des investisseurs, notamment deux jumeaux milliardaires allemands, les Strungman, qui sont aujourd'hui les plus gros actionnaires de l'entreprise.

Moderna est américaine, dirigée par un Français, elle a été créée en 2010 par des scientifiques du MIT et de Harvard, dans la région de Boston. Elle travaille depuis le début sur le fameux ARN Messager. Parmi ses actionnaires, il y a les fondateurs, les grands investisseurs comme Fidelity et Black Rock, ainsi que des fonds de capital-risque, qui ont misé sur le projet.

Deux réussites pour des dizaines d'échecs

Comment se fait-il qu'ils aient été plus efficaces que les grandes entreprises, qui disposent de moyens considérables ? La vitesse de réaction et la capacité à mobiliser une équipe beaucoup plus restreinte que celle des géants. La culture du pari aussi, que n'ont plus les grandes entreprises, qui ont des frais fixes très importants et veulent limiter les risques.

À lire aussi

Dès les premières informations signalant une forme de pneumonie atypique en Chine, l'hiver dernier, Sahin, le patron de BioNtech, travaille jour et nuit pour adapter la technique à cette nouvelle maladie. Chez Moderna, on reçoit la séquence génétique du virus faite par la Chine le 11 janvier, et le 13, deux jours après, la matrice du vaccin est prête sur ordinateur grâce aux travaux réalisés les années précédentes. Il ne faut pas oublier que pour ces deux réussites qui vont rendre leurs fondateurs milliardaires, il y a 100, 200 échecs, où le capital est englouti parce que ce sont des impasses.

Est-ce la fin de "Big Pharma" ?

Les grands groupes pharmaceutiques, comme le Français Sanofi, restent malgré tout indispensables. Ils ont une expertise irremplaçable pour la production, la logistique et le marketing des médicaments. La meilleure preuve, c'est que BioNtech s'est associée au géant américain Pfizer pour industrialiser et commercialiser son produit, et que l'université d'Oxford a fait de même avec l'anglo-suédois Astra-Zenecca.

Les médicaments du futur, ceux de la biotechnologie, associeront probablement des start-ups, tête de pont de l'innovation, et l'infanterie de "Big Pharma". Toute la question, pour l'Europe et la France en particulier, c'est de créer l'écosystème qui permette l'éclosion de ces start-ups. Avec des financements privés, qui manquent aujourd'hui en France, et publics. L'argent public, nord-américain notamment, a en effet été déterminant dans le succès de ces vaccins révolutionnaires, même pour celui qui a été conçu en Europe.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/