3 min de lecture Vacances d'été

Vacances d'été : et si vous achetiez un cerf-volant made in France ?

REPORTAGE - Après avoir été champion du monde, Roger Tessa-Gambassi a ouvert son propre atelier de fabrication de cerfs-volants.

Micro générique Switch 245x300 La chronique du jour La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Vacances d'été : et si vous achetiez un cerf-volant made in France ? Crédit Image : Unsplash/Klara Kulikova | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Eric Vagnier
Éric Vagnier édité par Marie Zafimehy

Agent immobilier au début de sa carrière, rien ne prédestinait Roger Tessa-Gambassi à devenir artisan. Sauf sa passion, le cerf volant, qu'il a pratiqué en compétition à haut niveau (il a été champion du monde) jusqu'à finir par ouvrir en 1996 son propre atelier de fabrication de cerfs volants.

"On n'a pas besoin de BEP, ni de CAP, ni de formation professionnelle, raconte-t-il. On apprend sur le tas. Moi, j'ai appris un jour en achetant une machine à coudre. Et puis je me suis lancé à fabriquer mes cerfs-volants. Et là, on apprend à coudre, on apprend à couper, on apprend à brider les cerfs-volants. Et puis, on apprend à gérer une société. On apprend à communiquer. On apprend à faire plein de choses. Rien de tout ça ne nous a été appris ou enseigné."

Le nom de sa société et de sa boutique ont une consonance anglo-saxonne R-Sky, mais c'est bien en France, à Béziers précisément, que sont inventées et fabriquées ces cerfs-volants. Roger Tessa-Gambassi fait tout lui même. "Je le dessine, je le conçois. J'en fais le design, je fais les prototypes. En fait, je fais tout. Je fais un cerf volant de A à Z. C'est moi qui coud les voiles qui structure les cerfs-volants. Monter la structure, c'est structurer le cerf volant. On appelle les bords d'attaque, les vers de carbone. Tout cela est fait à l'atelier. Et tout ça est bien français."

Un cerf-volant haut de gamme

Mais face à la concurrence asiatique qui casse les prix. Le cerf volant made in France a dû s'adapter, monter en gamme. Depuis 2008, R-Sky s'est replié sur deux marchés. "Aujourd'hui, on ne fait plus que du cerf-volant haut de gamme et on fait des gros cerfs-volants gonflables également. On fait moins de cerfs-volants, mais plus de cerfs-volants haut de gamme.On a laissé l'entrée de gamme et les cerfs volants que vous trouvez sur les plages à d'autres fabricants et malheureusement pas des fabricants français. Faut aller voir les bazars de plage qui vont vous vendre un cerf volant chinois. Et nous, ce qu'on aimerait, c'est avoir des bons cerfs volants, que les gens mettent un tout petit peu plus cher pour faire vivre les producteurs français et continuer l'activité parce que c'est une très belle activité."
 
Comptez au minimum 100 euros pour un cerf-volant qui prendra vraiment son envol sans que cela devienne un casse-tête, montera très haut sans que les fils s'emmêlent, ne se déchira pas à la première rafale de vent. Bref, ne pas confondre le cerf-volant qui sort de l'atelier de Roger Tessa-Gambassi avec celui qui vient des usines chinoises.
 
"On a les voiles qui sont en polyester et qui font 30 grammes au mètre carré alors que les leurs en font 60. Nous on a de la fibre de carbone dans la structure utilise la fibre de verre, qui est très, très lourde. C'est toute la différence. C'est du nylon qui se déforme quand il y a de l'humidité. Nous on a des cerfs volants qui volent, par exemple en bord de mer, à 6 km/h. C'est le vent que vous ressentez sur le visage quand vous marchez, donc ça vole vraiment avec rien."

Un produit international

À lire aussi
Tourisme : la fréquentation à Paris a baissé de 95% vacances d'été
Coronavirus : le tourisme dans l'Hexagone sauvé par les Français cet été

Et cette qualité française est reconnue partout dans le monde puisque R-Sky, avec ses deux salariés, exporte ses produits dans 55 pays. Certes, en petites quantités mais même la Chine achète. Et l'avenir ne s'annonce pas trop mal.
 
"Les gens vont de plus en plus s'orienter vers des sports de plein air comme celui ci. Ce qu'il faut savoir c'est que le serveur est finalement une activité qui n'est pas très onéreuse. La plage est gratuite. Le vent est gratuit. On peut y aller en famille. Il y a des festivals tous les week ends dans toute la France. On peut apprendre ou on peut faire des ateliers pour les enfants. On a des gens qui, tous les ans, nous demandent où il existe des clubs." Un peu partout maintenant, et pas seulement en bord de mer, mais aussi à la montagne, à la campagne et même en ville, dans les parcs. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Vacances d'été Été Made in France
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants