1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Un très bon cru 2016 pour les entreprises du CAC 40
2 min de lecture

Un très bon cru 2016 pour les entreprises du CAC 40

ÉDITO - Les 40 sociétés de l'indice phare de la Bourse de Paris ont totalisé 75,4 milliards d'euros de bénéfices l'an passé, soit une hausse de 32,4%.

La Bourse de Paris (illustration)
La Bourse de Paris (illustration)
Crédit : FRED DUFOUR / AFP
Un très bon cru 2016 pour les entreprises du CAC 40
03:05
Un très bon cru 2016 pour les entreprises du CAC 40
03:07
Loïc Farge
Loïc Farge

2016 aura été un très bon cru pour les grandes entreprises cotées à la Bourse de Paris. Ce fut l'année du retour des créations d'emploi dans le secteur privé, mais aussi celle de l'embellie des bénéfices des sociétés du CAC 40. Ces sociétés qui composent l'indice phare de la place de Paris ont, en effet, dégagé 75,4 milliards d'euros de bénéfices. Un montant global en hausse de près de 32% par rapport à l'exercice précédent.

C'est une performance conséquente, puisque les profits retrouvent leur niveau de 2010. Mais elle est surtout très significative, puisqu'ils été réalisés - et c'est quand même le paradoxe de ce millésime - alors même que le chiffre d'affaires des entreprises qui sont membres de ce club a reculé de plus d'un milliard d'euros.

Si la progression générale est positive, elle est aussi à pas variable. Si on analyse les performances par grands secteurs d’activités, on constate d'abord que le secteur financier (banques et assurances) reste le principal centre de profit en France : il totalise 21 des 75 milliards d'euros de profits cumulés. On remarque ensuite que l'industrie automobile et les équipementiers, donnés pour mort il y a peu par nos Cassandre, ont connu une année 2016 explosive. PSA a vu ses bénéfices augmenter de 92% ; Michelin, de 43% ; Valéo, de 27% ; et Renault, de 21%.

Si la progression générale est positive, elle est aussi à pas variable

Christian Menanteau

Enfin, les grands groupes très fragilisés ces dernières années retrouvent des couleurs. Les trois géants au bord du KO en 2015 ont vivement redressé la barre l’an dernier. Le sidérurgiste Arcelor Mittal et le cimentier Lafarge-Holcim sont redevenus profitables, et Engie a quasiment jugulé ses pertes.

À lire aussi

Est-ce un signe avant-coureur pour l'ensemble des entreprises françaises ? Il n'y a malheureusement pas d'effet miroir automatique. Tout simplement parce que nos champions - certains d'entre eux sont parmi les premiers de leur classe dans le monde - font l'essentiel de leur chiffre d'affaires et de leurs bénéfices à l'international.

Le marché français n'est, sur le fond, pas représentatif de leur performance. Cela dit, leur bonne santé et la présence de leur siège dans l’hexagone sont un atout majeur pour notre économie dans son ensemble.

Le bloc-notes

- Pas spectaculaire, mais très important : le seuil de rentabilité de production d'énergie des installations solaires est deux fois moins cher que celui de l'EPR.

- Alstom lance un nouveau véhicule électrique, hybride entre le tramways et le bus. Son nom : Aptis. Il sera à l'essai en Île-de-France cet été.

La note du jour

05/20 à SFR. Pour la troisième fois en un an, l'opérateur est sanctionné par l'Autorité de la concurrence. L'amende se monte à 40 millions d'euros.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/