1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Terrasses éphémères : moins de place pour les riverains et plus de nuisances sonores
2 min de lecture

Terrasses éphémères : moins de place pour les riverains et plus de nuisances sonores

REPORTAGE - Avec 12.000 nouvelles terrasses apparues à Paris depuis le début de la crise sanitaire, les décibels se sont envolés, laissant certains riverains dans le désarroi.

Des clients attablés en terrasse à Bordeaux le 19 mai 2021
Des clients attablés en terrasse à Bordeaux le 19 mai 2021
Crédit : PHILIPPE LOPEZ / AFP
Terrasses éphémères : moins de place pour les riverains et plus de nuisances sonores
02:11
Valentin Boissais - édité par Florine Boukhelifa

Héritage de la crise liée à l'épidémie de coronavirus, les terrasses éphémères ont fleuri sur les trottoirs après les confinements. À l'origine mises en place pour aider à l'application du protocole sanitaire, mais aussi pour renflouer les caisses des cafetiers, celles-ci ont complètement modifié le paysage de certaines villes. À Paris notamment, où le dispositif a permis de presque doubler la surface totale des terrasses et en compte désormais 12.000 de plus.

Certaines d'entre elles sont apparues dans la rue Lombard et cela pose quelques problèmes. Des palettes en guise de tables, des futs vides qui font office de chaises, le tout installé sur d'anciennes places de parking, Gilles, lui, sillonne difficilement sa propre rue le soir venu. Sans compter les nuisances sonores avec "plusieurs centaines de personnes qui, évidemment, la soirée avançant, l'alcool aidant, sont de plus en plus bruyantes", explique-t-il.

L'association Bruitparif a mené une enquête sur le niveau sonore de ces soirées. Dans la rue Lombart, "de nuit, on est à un niveau sonore de 81 décibels, ce qui est donc bien plus fort que la valeur limite qui existe pour le bruit routier qui est de 68 décibels, relate Fanny Mietlicki, sa présidente. L'été 2021, près de 450 verbalisations ont d'ailleurs été réalisées pour nuisances sonores sur ces terrasses.

Le retour des terrasses estivales en avril prochain

Dans la capitale, le dispositif devait s'arrêter le 31 octobre prochain, mais la mairie de Paris pourrait bien le prolonger. Ces terrasses éphémères deviendront payantes et de nouvelles règles seront fixées. Au total, 1.000 demandes ont été déposées par des restaurateurs, à qui le dispositif permet parfois d'augmenter de plus de 25% leur clientèle.

À lire aussi

Un autre volet inquiète cependant les riverains : la mairie de Paris a également reçu 6.500 demandes pour reconstruire des terrasses estivales en avril prochain. Celles-ci pourraient apparaître, mais avec un nouveau cadre. "Il faudra respecter les horaires fixés pour ces terrasses, à 22 heures, et un certains nombre de préconisation en matière de sécurité, d'accessibilité et d'esthétique", affirme Olivia Polski, maire adjointe déléguée au commerce. Et pour faire respecter le nouveau règlement, la mairie entend s'appuyer sur sa toute nouvelle police municipale.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/