1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Rachat de Bouygues par SFR : pourquoi Emmanuel Macron s'y oppose ?
1 min de lecture

Rachat de Bouygues par SFR : pourquoi Emmanuel Macron s'y oppose ?

ÉCLAIRAGE - Le ministre de l'Économie estime que "la consolidation n'est pas aujourd'hui souhaitable" dans le secteur des télécommunications. Explications.

Emmanuel Macron lors du colloque organisé par Bercy, le 23 janvier 2015.
Emmanuel Macron lors du colloque organisé par Bercy, le 23 janvier 2015.
Crédit : ERIC PIERMONT / AFP
Pourquoi Emmanuel Macron s'oppose au rachat de Bouygues par SFR ?
00:29
Bénédicte Tassart & Claire Gaveau

SFR peut-il racheter Bouygues Telecem ? Si l'opérateur a formulé une offre de rachat de 10 milliards d'euros, Emmanuel Macron a contesté cette proposition. Le ministre de l'Économie ne veut plus que le paysage des télécoms change, au moins dans les prochaines années. La priorité selon lui ? Que les opérateurs maintiennent leurs investissements dans le très haut débit et dans la couverture des zones blanches. Par exemple, quand Numericable a racheté SFR, les investissements de ce dernier ont ralenti : 300 millions d'euros d'investissement en moins que prévu.

Lutter contre une hausse des prix

Outre le maintien des investissements, deux domaines veulent être préserver par le gouvernement en refusant ce rachat. Tout d'abord, le prix alors que dans de nombreux pays où le nombre d'opérateurs mobile a été réduit, la hausse des prix n'a guère traîné.

Deuxièmement, Patrick Drahi, patron de SFR-Numericable, est le champion du câble mais le gouvernement souhaite avant tout développer la fibre

Préserver les emplois

Dernièrement, les questions d'emploi sont dans toutes les têtes. Pour Azzam Ahdab, délégué central CFDT chez Bouygues Telecom, ce rapprochement serait un "carnage". "Il faut dire les choses. Il y a énormément de doublons. En nombre d'emploi, on va perdre énormément, c'est une catastrophe socialement, ça serait dramatique", a-t-il déclaré. 

À lire aussi

Il faut dire que Bouygues Telecom regroupe 6.300 personnes et ce, sans compter les boutiques. Des personnes qui ont surtout vécu déjà deux plans de départs volontaires. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/