1. Accueil
  2. Actu
  3. Economie et Consommation
  4. Magasins de jouets : un manque à gagner de 770 millions d'euros s'ils restent fermés

Magasins de jouets : un manque à gagner de 770 millions d'euros s'ils restent fermés

Selon une étude de NPD Group, les magasins de jouets pourraient être privés de 770 millions d'euros s'ils restent fermés jusqu'aux fêtes de fin d'année. Entre novembre et décembre, le secteur du jouet réalise 48% de ses ventes annuelles.

Un magasin de jouets pendant la période des fêtes (illustration)
Un magasin de jouets pendant la période des fêtes (illustration)
Crédit : AFP / Philippe Huguen
Photo Quentin Marchal
Quentin Marchal
Journaliste

Le reconfinement menace grandement les magasins de jouets. Face aux nouvelles restrictions et les fermetures, le secteur risque d'être privé de 770 millions d'euros de ventes si les magasins ne peuvent rouvrir avant les fêtes de fin d'année, estime une étude du cabinet NPD Group publiée ce lundi 9 novembre.

"Alors que le jouet avait enfin récupéré son retard sur les pertes liées au premier confinement et finissait dans le vert à fin octobre (+0,4%), le reconfinement bouscule à nouveau un équilibre fragile", souligne le communiqué. Entre novembre et décembre, le secteur du jouet réalise 48% de ses ventes annuelles, selon le cabinet et ces ventes, liées aux fêtes de fin d'année, représentent 1,7 milliard d'euros

"Deux tiers des ventes de Noël proviennent des hypers/supers et des magasins spécialistes, explique Frédérique Tutt, experte du secteur des jouets au sein de NPD Group, citée dans le communiqué. "Certes le 'Click and Collect' et les ventes en ligne restent une option, mais ce ne sera pas suffisant pour répondre à la demande" a-t-elle fait savoir.

"L'heure est grave"

Ce type de vente demande en effet "plus de temps et de personnel" aux commerces et "les transporteurs vont être surchargés", a précisé Frédérique Tutt. "L'heure est grave pour le secteur du jouet et les répercussions de cette crise devraient avoir un retentissement national, touchant plus particulièrement les acteurs locaux et les petits fabricants hexagonaux", conclut le cabinet.

À lire aussi

Le gouvernement a imposé la fermeture des commerces "non essentiels", dont les distributeurs de jouets, dans le cadre du reconfinement visant à lutter contre la propagation de l'épidémie de coronavirus. Il a ensuite contraint les grandes surfaces à fermer leurs rayons "non essentiels" au nom de "l'équité".  

Face à cette situation, les commerçants de tous secteurs sont montés au créneau et demandent la réouverture de tous les commerces dès le vendredi 13 novembre.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/