1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Les hypermarchés traditionnels vont-ils disparaître ?
1 min de lecture

Les hypermarchés traditionnels vont-ils disparaître ?

Le modèle de la grande distribution est en difficulté et doit se réinventer, face au changement du comportement des consommateurs qui préfèrent désormais rapidité, simplicité et proximité aux immenses hypermarchés.

Le Carrefour de Villiers-en-Bière est le plus grand hypermarché de France.
Le Carrefour de Villiers-en-Bière est le plus grand hypermarché de France.
Crédit : JACQUES DEMARTHON / AFP
Nos hypermarchés traditionnels sont-ils finis ?
07:07
Nos hypermarchés traditionnels sont-ils finis ?
07:04
Yves Calvi & Thibaut Deleaz

L'hypermarché est-il fini ? Alors que Carrefour va supprimer 2.400 postes en France, les marques de la grande distribution s'interrogent sur la viabilité du modèle traditionnel du grand supermarché, en perte de vitesse.

Cette chute des hypermarchés s'explique par un changement de comportement des consommateurs. "Leur manière de faire les courses a évolué, assure Michel Biero, gérant des achats chez Lidl France, au micro de RTL. Ils n'ont plus envie de déambuler des heures dans les allées à chercher des produits et de sortir avec un caddie rempli."

Le consommateur veut désormais aller vite et perdre le moins de temps possible en faisant ses courses. Une vie toujours plus rapide, incompatible avec les traditionnels hypermarchés qui s'étendent sur plusieurs milliers de mètres carrés.

Les consommateurs cherchent la simplicité, la proximité et la rapidité.

Michel Biero, responsable des achats chez Lidl, au micro de RTL

Changer de modèle

Lidl a aussi connu l'évolution de son modèle hard-discount, "en perte de vitesse il y a cinq ans", selon Michel Biero. Il explique que l'entreprise a alors voulu se repenser, entamant une transformation de ses magasins pour simplifier la vie des consommateurs tout en garantissant la qualité des produits, quitte à augmenter les prix de quelques centimes.

À écouter aussi

Les rayons non-alimentaires sont les plus touchés par la concurrence avec les achats sur internet, car les consommateurs n'ont pas besoin de toucher les produits, explique Olivier Dauvers, expert de la grande consommation.

Joint par RTL, Olivier Dauvers estime que les suppressions de postes annoncés par Carrefour sont "une évidence qu'il fallait bien accepter tôt ou tard". "C'est juste indispensable quand des magasins comme certains de Carrefour ne sont pas rentables", assure-t-il.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/